"Certain" qu'il ne sera jamais président de la République, Alain Juppé assure n'avoir "aucune amertume"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Au micro d'Audrey Crespo-Mara, Alain Juppé est revenu mercredi matin sur sa propre défaite à la primaire de la droite en 2016, qui a sonné le glas de sa plus grande ambition politique.
INTERVIEW

Depuis un an et demi, Alain Juppé s'est fait discret sur la scène nationale. Après sa défaite à la primaire de la droite, et la débâcle électorale de son parti causée par l'affaire Fillon, l'ancien Premier ministre s'est réfugié dans sa ville de Bordeaux, où il s'est pleinement consacré à sa fonction de maire. Mercredi matin, au micro d'Audrey Crespo-Mara sur Europe 1, l'ancien Premier ministre a accepté de revenir sur ce destin présidentiel qui lui a échappé.

Une "certitude". Non, Alain Juppé ne sera jamais le locataire de l'Elysée. "C'est l'une des rares certitudes que l'on peut avoir ce matin ! Tout le reste change…", a-t-il glissé dans un sourire. Cette certitude, Alain Juppé l'a acquise au soir des résultats du second tour de la primaire de la droite et du centre, quand François Fillon l'a sèchement battu.

Les soupçons d'emplois fictifs impliquant François et Penelope Fillon sont certes venus un temps rabattre les cartes. Voyant la victoire s'éloigner à mesure que le scandale grossissait, plusieurs leaders de la droite avaient appelé de leurs vœux le remplacement du candidat LR à la présidentielle par son dauphin à la primaire, Alain Juppé. 

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"Il était trop tard". Mais l'appel avait été rejeté par l'intéressé. "J'ai dit - peut-être de manière arrogante, je le reconnais - que je n'avais pas 'l'âme d'un plan B'", analyse aujourd'hui Alain Juppé sur Europe 1. "Plus sérieusement, je pense qu'il était trop tard."

Aujourd'hui, il jette un regard dénué de regret sur cette période. "J'ai fait cette campagne des primaires, ça a été formidable. J'ai sillonné la plupart des départements français, y compris outre-mer. J'ai eu des échanges extrêmement directs et sincères. Je n'ai pas gagné, je n'ai pas gagné, voilà… Je ne ressasse pas le passé, je n'ai aucune amertume."

Europe 1
Par Anaïs Huet