Brigitte, 55 ans, a coupé les ponts avec sa mère : "je n'avais pas besoin d'elle, pas envie de la voir ou de l'entendre"

, modifié à
  • A
  • A
poupée petite fille jouet 1280 5:30
© SAFIN HAMED / AFP
Partagez sur :
Durant son adolescence, Brigitte a entretenu une relation tumultueuse avec une mère qui l'a abandonnée plusieurs années pendant sa petite enfance. À Olivier Delacroix, sur Europe 1, elle explique pourquoi elle a fini par s'en détacher complètement.
VOS EXPÉRIENCES DE VIE

Brigitte a 55 ans. Sa mère l'a abandonnée lorsqu'elle avait quatre ans, la confiant à sa grand-mère, avant de brusquement réapparaître après quelques années tumultueuses. La fille et la mère n'ont jamais réussi à nouer des relations d'affection, et à l'adolescence, Brigitte a fini par quitter le foyer familial. Au micro d'Olivier Delacroix, sur Europe 1, elle explique pourquoi elle n'a jamais voulu renouer avec cette femme, qu'elle considère davantage comme sa génitrice que comme sa mère.

"Quand elle est revenue, je cherchais une maman, de l'affection tout simplement, une maman normale. Elle ne s'intéressait qu'à elle en fait, à son monde, au fils qu'elle avait eu entre temps. J'étais sa fille, et c'est tout.

Elle vivait avec nous quand elle est revenue et elle était assez agressive, assez autoritaire. Quand elle avait de l'intérêt [pour moi, ndlr] ça n'était pas sentimental, c'était parce qu'elle avait besoin que je garde mon frère ou que je lui rende des services.

 

>> De 15h à 16h, partagez vos expériences de vie avec Olivier Delacroix sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

À l'adolescence, Brigitte subit les critiques de sa mère sur son physique, une mère qui cherche à l'habiller, à la modeler à son image.

Je trouvais ça très bien, car vivant avec ma grand-mère et ma tante, j'étais habillée très classique. Et puis quand je l'ai vu arriver, c'était une très jolie femme. Elle voulait que je m'habille moderne, avec des jeans, des talons, des vestes en cuir. Moi, à mon âge, je trouvais ça amusant et super bien. Elle me disait : " ne reste pas comme ça, tu es moche comme ça, il faut changer la couleur de tes cheveux"

J'avais l'impression que, pour une fois, elle s'intéressait à moi. J'écoutais, je faisais tout ce qu'elle disait.

[…]

Malgré les brefs moments de rapprochement, les deux femmes ne parviennent pas à se comprendre.

Je pense que je devais avoir quelque part dans ma tête son abandon, qui m'a rendu très malheureuse pendant deux ans. Je devais garder ça. […]

Je suis partie de la maison quand j'avais 16 ans, parce que je ne voulais plus lui servir de nounou pour garder mon frère. Je suis partie vivre chez mon petit copain qui avait 18 ans. On a commencé à se revoir une fois par mois ou une fois tous les deux-trois mois. On s'entendait mais je n'avais pas besoin d'elle, pas envie de la voir ou de l'entendre. Et de toute façon, quand je l'entendais, c'est parce qu'elle avait toujours besoin de quelque chose.

[…]

Le jour de la naissance de mon fils, quand elle est venue à la maternité, elle m'a dit : 'tu n'as même pas été foutue de faire une fille". C'est tout ce qu'elle m'a dit. […] Ma mère est comme ça.

[…]

Brigitte a fini par couper totalement les ponts avec sa mère. Mais cette rupture reste difficile à faire comprendre à son entourage.

C'est horrible. Je le vois tous les jours, quand on [me] demande : 'et ta maman ?' Déjà, le mot maman est très dur pour moi parce qu'une maman, ça n'est pas du tout celle que j'ai eue. Quand j'ai dit que je ne voulais plus entendre parler de ma mère, que l'on pouvait m'appeler et me dire qu'elle était à l'agonie, que je n'irai pas, jamais... les gens sont choqués. Ils me disent : 'enfin, c'est quand même ta mère !' Non, une mère c'est juste celle qui vous a mis au monde. Il y a des gens qui adoptent des enfants et les aiment plus que ma mère m'a aimée moi."

>>> Retrouvez l'intégralité du témoignage de Brigitte

Europe 1
Par Romain David