Benjamin Griveaux n'est "pas propriétaire à Paris" parce que "le prix du mètre carré est trop cher"

  • A
  • A
Benjamin Griveaux a accordé une longue interview à Brut. © Bertrand GUAY / AFP
Partagez sur :

Le porte-parole du gouvernement, qui a affirmé dans une interview gagner "7.900 euros nets par mois", a assuré ne pas pouvoir être propriétaire à Paris.

Benjamin Griveaux veut faire "tomber le mythe" des rémunérations des élus. Le porte-parole du gouvernement a assuré ne pas pouvoir être propriétaire à Paris, en raison du prix trop élevé du mètre carré. "Je suis locataire, je ne suis pas propriétaire à Paris parce que le prix du mètre carré est trop cher", a déclaré Benjamin Griveaux, dans une interview accordée à Brut mercredi, sur Facebook.

Le porte-parole du gouvernement a confié avoir divisé son salaire "par trois", pour gagner actuellement 7.900 euros nets par mois. "J'ai divisé mon salaire par trois. Ce n'est pas un avantage financier d'être élu. Je gagne 7.900 euros nets par mois", a-t-il déclaré, alors que les salaires des élus font partie des critiques récurrentes des "gilets jaunes".

L'interview de Benjamin Griveaux (à voir à partir de 29 minutes 30) :

"Je ne vis pas dans un château". "Je ne vis pas dans un château. Je suis locataire, je ne suis pas propriétaire à Paris parce que le prix du mètre carré est trop cher. Je n'ai pas hérité, je n'ai pas d'argent caché. Je n'ai pas de voiture, je ne m'habille pas dans des costumes très chers. Il faut aussi qu'on fasse tomber ce mythe", a poursuivi le porte-parole du gouvernement, pour qui "ce n'est pas le salaire qui a fait (son) engagement" en politique. "Avant, j'étais dans une grande boîte et je gagnais très bien ma vie."

Sur Twitter, plusieurs internautes ont moqué les propos de Benjamin Griveaux, mettant en avant sa rémunération de 7.900 euros nets par mois. "On en est où de la cagnotte pour l'appartement parisien de Griveaux ? Toujours rien", a par exemple écrit un internaute.

La baisse des rémunérations des élus, "c'est très démago". Benjamin Griveaux s'est également déclaré contre une baisse des rémunérations des élus. "A la question de savoir s'il faut moins les payer (les élus) pour régler les problèmes, je ne tomberai pas là-dedans. Pour moi, c'est très démago. Je gagne très bien ma vie. Je travaille 100 heures par semaine, c'est un choix et je suis très heureux comme ça. Ce n'est pas anormal, quand on investit beaucoup de son temps, qu'on puisse donner des indemnités conséquentes aux élus", a estimé le porte-parole du gouvernement.

"Ce qui me choque, ce sont l'immense majorité des maires qui travaillent bénévolement. Ce n'est pas normal que ce soit presque du bénévolat", s'est-il indigné. "Expliquer que parce qu'on gagnerait moins, qu'on comprendrait mieux, c'est considéré que tous les élus de la République n'ont jamais gagné peu d'argent. Ce n'est pas vrai. Beaucoup de parlementaires de la République en marche ont eu des revenus modestes (avant d'être élu). Beaucoup de députés ont connu des salaires moyens. Mais à ma connaissance, oui, très peu d'entre eux ont connu des périodes de pauvreté."