Agression d'un policier à Hyères : Laurent Nuñez dénonce "avec vigueur" cette "attaque en règle"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Laurent Nuñez, le nouveau secrétaire d'État auprès du nouveau ministre de l'Intérieur, a accordé sa première interview à Europe 1 vendredi matin. Il a réagi à l'agression d'un policier à Hyères jeudi.
INTERVIEW

Alors qu'il rentrait chez lui après avoir terminé son service de nuit, un policier de la BAC de Toulon s'est fait agresser par une dizaine d'individus devant son domicile à Hyères, dans le Var, jeudi matin. "Je confirme ces faits très graves", a déclaré Laurent Nuñez, le nouveau secrétaire d'État auprès du nouveau ministre de l'Intérieur, au micro d'Audrey Crespo-Mara vendredi matin.

"Il a subi une attaque en règle". "Un certain nombre d'interpellations ont déjà eu lieu, des investigations sont en cours, donc je ne me prononcerai pas au-delà sur cette affaire. Mais je veux témoigner toute ma solidarité et tout mon soutien à ce fonctionnaire de police. Le ministre de l'Intérieur l'a eu au téléphone dès hier", a précisé l'ancien patron de la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI), pour sa première interview depuis sa nomination à l'Intérieur. Le policier de la BAC est "légèrement blessé", a-t-il indiqué. "Il a subi une attaque en règle. Nous dénonçons ces faits avec vigueur."

>> De 7h à 9h, c'est deux heures d'info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Pas d'"ensauvagement de la société". Suite à cette affaire, Patrick Ribeiro, responsable du syndicat de police Synergie-Officiers, a dénoncé un "ensauvagement de la société". "Je ne partage pas ce constat", a rétorqué Laurent Nuñez. "Il y a effectivement un certain nombre de violences qui sont de plus en plus dirigées vers les policiers, ce qui est tout à fait inacceptable. Mais toute l'action de reconquête républicaine que nous menons dans les quartiers vise justement à éviter que ne se produise cet ensauvagement", se défend le secrétaire d'Etat. Selon lui, des mesures ont déjà porté leurs fruits. "De plus en plus dans les quartiers les policiers interviennent équipés de caméras piétons, ce qui permet de faire baisser les tensions sur les interventions".

Des interventions systématiques pour Halloween. Laurent Nuñez se réjouit par ailleurs du nombre d'interpellations "significatif" lors de la nuit d'Halloween, au cours de laquelle étaient annoncées sur les réseaux sociaux des attaques contre les policiers. "On a eu un dispositif qui a permis aux forces de l'ordre d'intervenir systématiquement, à chaque fois qu'il y avait des regroupements d'individus qui voulaient dégrader, commettre des violences ou en découdre avec les policiers. Il y a un certain nombre de regroupements qui visent à tendre des guet-apens aux forces de l'ordre. C'est pour ça qu'elles interviennent immédiatement en pratiquant ce que l'on appelle des 'bonds offensifs', c'est-à-dire des charges pour les disperser", a détaillé le secrétaire d'Etat.

Des policiers "à la hauteur de leur tâche". L'ancien dirigeant de la DGSI l'assure : "la police n'a pas peur des voyous." Si Laurent Nuñez a bien conscience des conditions de travail "difficiles" des policiers, il considère qu'ils sont "vraiment à la hauteur de leur tâche." "Je veux saluer le sang-froid, la détermination et le courage des policiers, des gendarmes et des pompiers", a-t-il rappelé. 

Selon lui, les agressions sur les personnes dépositaires de l'autorité publique sont toujours sanctionnées "avec suffisamment de fermeté" par la justice. Dès lors, contrairement à ce que réclame le syndicat de police Alliance, "il n'y a pas d'évolution envisagée" sur les peines planchers pour les auteurs de ces violences.

Europe 1
Par Anaïs Huet