Salaire : une sénatrice EELV dans le viseur

  • A
  • A
Partagez sur :

La sénatrice EELV Alima Boumediene-Thiery est dans le viseur de l'opposition politique. La sénatrice de Paris aurait en effet écrit au ministre de l'Education Luc Chatel pour lui demander son aide afin que son fils soit accepté en internat dans un collège public de Paris, selon les informations d'Atlantico.fr.

Le site précise que la sénatrice touche 5.400 euros nets mensuels en tant que sénatrice, ainsi que 6.240 euros de frais de mandat non imposables et hors dépenses de taxis prises en charge par le Sénat.

Alima Boumediene-Thiery se défend d'avoir "abusé"

Après l'"avis négatif de l'assistance sociale", Alima Boumediene-Thiery a donc tenté un ultime recours auprès de Luc Chatel pour bénéficier de l'aide de l'Etat, indispensable pour elle : "Je reverse chaque mois 1200 euros au parti politique auquel j’appartiens, je paie également un crédit immobilier à hauteur de 1500 euros (…) In fine, je dois vivre avec près de 2000 euros", dit-elle, d'après le site Atlantico.fr.

Pour mettre toutes les chances de son côté, elle aurait également invoqué l'incertitude concernant sa réélection en septembre, et donc de se "retrouver sans revenus". En réponse, la sénatrice a juré n'avoir "abusé d'aucun droit". "Ne voulant pas mettre (mon fils) en privé, et puisqu'il n'y a qu'un seul internat public à Paris, je suis obligée de passer par le dépôt de cette demande. Après un refus pour critères sociaux (...), j'ai fait un recours sur conseil du rectorat", explique t-elle, ajoutant "voir avec (son) avocat pour une plainte", contre Atlantico.fr.