Ian Brossat : "on ne peut pas accepter les payes misérables" (E1)

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Ian Brossat, chef de file du groupe Front de gauche au conseil national de Paris, a réagi lundi matin sur Europe 1 à la grève des agents de sûreté des aéroports. "On ne peut pas accepter que dans ce pays il y ait des payes aussi misérables de 1.000 ou 1.200 euros", a-t-il jugé. "Comment est-ce qu'on élève une famille quand on gagne aussi peu d'argent. Je suis heureux qu'on ait des gens dans ce pays qui se battent et qui se bougent. Ils ont eu parfaitement raison de se mobiliser", a conclu Ian Brossat.