Bernard Laporte entre au gouvernement avec un portefeuille réduit

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

L'ex-sélectionneur de l'équipe de France de rugby, Bernard Laporte, entame lundi sa carrière ministérielle au poste de secrétaire d'Etat aux Sports, un portefeuille réduit par rapport à ce qu'avait annoncé l'Elysée le 19 juin et sa ministre de tutelle ce matin encore sur Europe 1. L'ancien sélectionneur des Bleus ne sera finalement pas en charge de la Jeunesse.

Le président Nicolas Sarkozy a nommé lundi Bernard Laporte au poste de secrétaire d'Etat chargé des Sports. "Sur la proposition du Premier ministre, le président de la République a nommé M. Bernard Laporte, secrétaire d'Etat chargé des Sports. M. Bernard Laporte est délégué auprès de la ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports" Roselyne Bachelot, précise le communiqué de l'Elysée.

L'ancien sélectionneur des Bleus hérite donc d'un portefeuille réduit. Dans le communiqué en date du 19 juin annonçant la nomination du deuxième gouvernement Fillon, la présidence de la République avait indiqué que Bernard Laporte serait nommé "secrétaire d'Etat chargé de la Jeunesse et des Sports auprès de la ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports à la fin octobre, après la Coupe du monde de rugby".

"J'ai envie d'y aller" a déclaré Bernard Laporte qui prévenait toutefois la semaine dernière qu'il quitterait ses fonctions si ce "nouveau métier" ne lui plaisait pas. Sa nomination a entraîné quelques critiques. Outre les résultats décevants de la France en Coupe du Monde (4ème place), l'ex-sélectionneur fait face à des soupçons d'irrégularités fiscales dont les plus graves pourraient être transmises à la justice, selon l'Equipe Magazine.

Pour le Parti socialiste, Bernard Laporte "n'a rien à faire au gouvernement", a déclaré lundi un de ses porte-parole, Stéphane Le Foll. Selon lui, le choix comme secrétaire d'Etat de l'ex-sélectionneur de l'équipe de France de rugby, également présent dans le monde des affaires, relève de "la confusion entre le sport, les affaires et la politique". Il s'explique aussi par "l'amitié forte entre Nicolas Sarkozy et Bernard Laporte".