BTP : Sacyr va-t-il réussir à acheter Eiffage ?

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Le groupe espagnol Sacyr Vallehermoso a lancé une OPE sur Eiffage, numéro 3 français du BTP qui a construit et exploite le Viaduc de Millau. Les Espagnols détiennent déjà 33% du capital d'Eiffage. L'opération a-t-elle des chances de succès ? Il faudra suivre attentivement ce que feront les 55.000 salariés du groupe français, qui détiennent 22% du capital. Eiffage estime que l'offre doit être formulée uniquement en cash et à un prix beaucoup plus élevé. Le président de Sacyr a exclu ce matin cette option.

La guerre des chiffres a commencé entre Sacyr Vallehermoso et Eiffage. Les Espagnols voulaient prendre les commandes du numéro 3 français du BTP mais le rejet de leur demande de cinq postes d'administrateurs par l'assemblée générale du français, qui dénonçait une "prise de contrôle rampante", les a incité à vouloir racheter la société. Sacyr Vallehermoso, groupe espagnol d'immobilier et de construction, premier actionnaire d'Eiffage avec 33% du capital, a annoncé, jeudi, son intention de lancer une offre d'échange d'actions. Dans les documents remis aux analystes financiers, Sacyr a précisé que les termes de son offre, 12 actions Sacyr pour cinq actions Eiffage, représentent une prime de 30,6% sur le cours moyen d'Eiffage sur le derrnier mois. Sur la base des cours de clôture de mercredi, l'action Eiffage est ainsi valorisée 104,7 euros, soit un montant total de 9,75 milliards d'euros. Il a ajouté que son offre se déroulerait du 9 mai au 2 juillet et que son intention était de maintenir la cotation d'Eiffage ainsi que son équipe de direction. Eiffage a riposté immédiatement en indiquant que l'initiative de Sacyr validait sa position d'hostilité à toute prise de contrôle rampante. Le groupe a aussi estimé que l'offre de l'espagnol, qui passerait par un échange de titres, devrait être formulée uniquement en cash et à un prix beaucoup plus élevé, soit 129,5 euros. Ce prix, qui valorise Eiffage 12 milliards d'euros, correspondrait au dernier cours auquel des investisseurs espagnols auraient récemment acheté des titres du groupe français. Vendredi matin, Luis del Rivero, président de Sacyr Vallehermoso, a exclu de faire une offre en cash, estimant qu'une action Sacyr est une meilleure solution. En tout cas, l'offre de Sacyr Vallehermoso, déposée jeudi auprès de l'Autorité des marchés financiers, est conditionnée à l'obtention de 60% des droits de vote du groupe Eiffage, un niveau qui sera sans doute difficile à atteindre s'il ne parvient pas à un accord avec la partie française, au moins la CDC (8,5% du capital). Il faudra aussi suivre attentivement ce que feront les 55.000 salariés du groupe Eiffage qui détiennent 22% du capital. Soutiendront-ils leur direction ou la proposition espagnole ? A suivre... Estelle Cognacq (avec Reuters)

Europe 1
Par Administrator User