Archéologie : Angkor, encore plus grand...

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Une équipe internationale d'archéologues a utilisé des radars de la Nasa pour examiner le sous-sol du temple d'Angkor Vat au Cambodge. Ils se sont alors aperçus que ce site était en fait trois fois plus grand qu'on l'avait estimé jusqu'à présent. Angkor devient ainsi la plus grande cité au monde, avant l'ère industrielle. Une catastrophe environnementale serait à l'origine de sa disparition.

C'est grâce à des radars prêtés par la Nasa, l'agence spatiale américaine, que des archéologues cambodgiens, australiens et français ont examiné le sous-sol du temple d'Angkor Vat au Cambodge. Surprise : la capitale de l'empire Khmer, construite entre le IXe et le XVIe siècle s'étend en fait sur près de 3.000 kilomètres, soit une superficie trois fois plus grande que ce qu'on soupçonnait jusqu'alors. Angkor Vat, au temps de sa splendeur, abritait 500.000 personnes. Ce qui en fait la plus grande cité avant l'avènement de l'ère industrielle. Les Mayas, notamment ceux de Tikal au Guatemala, sont battus à plate couture. Les conclusions des archéologues ont été publiées lundi dans une revue spécialisée. Depuis les années 50, la superficie d'Angkor Vat fait l'objet de recherches archéologiques. En raison de nouvelles constructions résidentielles mais aussi de l'exploitation agricole de cette zone, seule une étude par radars a permis d'arriver à ces conclusions en indiquant l'emplacement d'anciennes routes, de canaux et des fondations de 74 temples inconnus. Le travail des archéologues a aussi permis de confirmer que la cité d'Angkor Vat avait certainement disparu à la suite d'un désastre environnemental, une combinaison de surpopulation, de déforestation et d'inondations dramatiques. C'était au XIVe siècle.

Europe 1
Par Rédaction Europe1.fr