130 débits de boissons "qui servaient à financer des mouvements radicaux" fermés depuis 2018, annonce Castaner

, modifié à
  • A
  • A
Les débits de boisson fermés étaient des "machines à cash qui servent à financer des mouvements radicaux". 5:37
Les débits de boisson fermés étaient des "machines à cash qui servent à financer des mouvements radicaux". © Europe 1
Partagez sur :
À quatre mois des élections municipales, Christophe Castaner a indiqué dimanche sur Europe 1 que 130 débits de boisson servant de "machines à cash" pour des "mouvements radicaux" avaient été fermés depuis l'année dernière. Il s'est également exprimé sur le sujet des listes communautaires.
INTERVIEW

Combien y aura-t-il de listes communautaires lors des prochaines municipales ? Sur le plateau du Grand rendez-vous Europe 1 avec CNews et Les Echos, dimanche, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a indiqué que les services avaient "identifié deux communes en France où quelqu’un nous dit vouloir créer une liste qui serait une liste communautaire".

"J’invite tous les élus à faire attention à ce qui apparaissait comme une liste du vivre ensemble. (…) On dealait certaines mesures qui nous faisaient reculer un petit peu sur la République. On ne recule jamais sur la République", poursuit-il. "Aux élections européennes, il y avait une liste qui effectivement était portée par un mouvement communautaire. Dans certains quartiers de certaines communes en France, cette liste, dont il fallait imprimer les bulletins de vote, a fait un score assez élevé. Le fait de parler d’un sujet qui pourrait monter me parait important, mais il n’est pas pour autant le sujet principal."

Des "machines à cash" pour mouvements radicaux

Christophe Castaner a par ailleurs détaillé le nombre de lieux fermés pour lutter contre la radicalisation : "Depuis 2018, nous agissons sur tous les leviers de contrôle, nous agissons contre tous les acteurs de la radicalisation", avance le ministre, qui annonce le chiffre de 130 débits de boissons fermés depuis l'année dernière. "Je ne vous parle pas d’infractions aux jeux, ou quoi que ce soit. Non, nous avons ciblé et nous fermons des machines à cash qui servent à financer des mouvements radicaux."

"Quand nous fermons 13 lieux de culte depuis que je suis aux responsabilités, 9 établissements cultuels ou associatifs, 4 écoles, et quand nous agissons sur tous les contrôles Codaf, Urssaf, nous agissons à tous les niveaux", a-t-il enfin affirmé.

Europe 1
Par Thibaud Le Meneec