Rodolphe Belmer : "On est dans une phase de globalisation de l'audiovisuel sous l'impulsion des plates-formes américaines"

, modifié à
  • A
  • A
6:33
© AFP/JACQUES DEMARTHON
Partagez sur :
L'ex numéro deux de Canal + joue désormais dans la cour de la plate-forme américaine Netflix. Et assure de l'importance pour l'audiovisuel européen de penser son futur.
INTERVIEW

Il est rare dans les médias, mais est une personnalité médiatique de premier plan. Numéro 2 de Canal + de 2012 à 2015, Rodophe Belmer a été l’artisan de la renaissance de la chaine cryptée après son âge d'or, en lançant notamment Le grand journal, Le petit journal et la carrière de personnalités comme Ali Badou ou Mouloud Achour.

Depuis janvier 2018, il est membre du conseil d'administration de la plateforme Netflix, géant américain de la vidéo à la demande. Président du festival Séries Mania de Lille, qui se déroulera du 22 mars au 30 mars, il était l'invité de Philippe Vandel, dimanche sur Europe 1, pour présenter sa vision de l'audiovisuel futur.

Penser l'audiovisuel européen. A-delà des projections gratuites des 70 séries sélectionnées pour le festival, un forum dédié aux professionnels devrait réunir le ministre de la Culture Franck Riester, les grands patrons de l'audiovisuel français, des auteurs et des créateurs. "L'idée est de faire se rencontrer les décideurs pour qu'ils pensent l'audiovisuel européen de demain. On est dans une phase de globalisation de l'audiovisuel sous l'impulsion des plateformes américaines et c'est important de penser notre audiovisuel", souligne Rodolphe Belmer.

Avant de résumer la problématique : "Quelle est la place de l'Europe dans le concert audiovisuel de demain ? Prendre conscience qu'on doit se regrouper pour favoriser l'émergence d'un audiovisuel européen puissant demain est un signe très fort", estime-t-il.

Encore de beaux jours pour la télé "à l'ancienne". Le propos possède d'autant plus de portée que Rodolphe Belmer est l'un des deux seuls européens du conseil d'administration de Netflix. L'arrivée prévue de la plateforme VOD Salto, portée par TF1, M6 et France télévisions ne l'effraie pas du tout en termes de concurrence.

"Il y a une énorme vague de la SVOD dans le monde qui accompagne la vague de développement des séries dans le monde. Netflix a surfé cette vague en premier avec un succès magnifique (...). L'ambition de Salto est française et il est probable que sur le marché français, cela trouvera sa place." A le croire, la télé "à l'ancienne", le fameux "ancêtre d'internet" des Guignols, ne devrait pas non plus craindre sa disparition. "La télévision linéaire va continuer à exister. Cela restera durablement le média privilégié de divertissement des familles", conclut Rodolphe Belmer.

 

Europe 1
Par Aurélie Dupuy