Eric Dupond-Moretti : "Europe 1 m'offre une carte blanche de totale liberté"

, modifié à
  • A
  • A
Eric Dupond-Moretti tiendra une chronique sur Europe 1 du lundi au vendredi à partir de septembre. 2:33
Eric Dupond-Moretti tiendra une chronique sur Europe 1 du lundi au vendredi à partir de septembre. © Europe 1.
Partagez sur :
A partir de septembre, l'avocat pénaliste Eric Dupond-Moretti tiendra une chronique du lundi au vendredi à 7h50 sur Europe 1, abordant chaque matin un thème d'actualité. Il présente mercredi sa future séquence au micro de Philippe Vandel dans "Culture-Médias"

L'annonce du JDD en a surpris plus d'un. A partir de septembre, le célèbre avocat pénaliste Eric Dupond-Moretti sera sur Europe 1, du lundi au vendredi à 7h50, dans la matinale de Matthieu Belliard. Sa chronique, pour le moment intitulée "Coup de coeur, coup de griffe", évoquera chaque jour un sujet d'actualité. En attendant la rentrée, il a présenté sa future séquence mercredi au micro de Philippe Vandel. 

"J'ai accepté assez rapidement"

C'est Europe 1 qui lui a proposé de rejoindre l'antenne, raconte-t-il. "J’ai accepté assez rapidement. On m'offre une carte blanche de totale liberté", explique Eric Dupond-Moretti. Dans les pages du JDD, il avait dit n'avoir "pas hésité". "Il est écrit dans mon contrat que je suis libre de parole. Quand on est amoureux de la liberté, on ne peut pas refuser", affirme-t-il sur Europe 1. 

Chaque matin pendant 2 minutes 30, l'avocat dira "un certain nombre de choses sur notre époque" qui, dit-il, finissent pas l'exaspérer. Eric Dupond-Moretti donne déjà le ton : il dénonce une époque emprise de "moraline", "hyper moralisatrice", et où chacun est "contraint au manichéisme". "Il faut toujours être pour ou contre. C'est comme ça que se développe dans notre pays le communautarisme, que la guerre des sexes s’impose, que les uns deviennent les censeurs des autres..."

Les thèmes de sa chronique ne parleront donc pas que de justice... mais il compte quand même aborder quelques sujets judiciaires qui l'"intéressent". Il conclut : "Je ne me conçois pas comme un gourou. Je veux faire réfléchir, dans une époque d'intolérance où l'on se bat beaucoup." 

Europe 1
Par Laetitia Drevet