Une ville de Suède introduit un permis de mendier

, modifié à
  • A
  • A
mendiant mendicité 1280
A Eskilstuna, les mendiants devront payer un permis de 15 euros à partir du 1er octobre prochain. © TIMOTHY A. CLARY / AFP
Partagez sur :
Pour les défenseurs de cette mesure, ce permis va permettre aux associations d'aide de mieux rentrer en contact avec les mendiants. 

Le conseil municipal d'Eskilstuna, en Suède, a adopté jeudi un arrêté obligeant les mendiants à demander un permis de façon à recenser les populations nécessiteuses et identifier les trafics, rapporte la radio publique suédoise.

Un permis de 15 euros. "Une autorisation des autorités policières pour la collecte passive d'argent est obligatoire dans certaines zones géographiques", prévoit le texte adopté à la majorité absolue avec les voix des sociaux-démocrates, conservateurs, centristes et extrême droite. Dès l'entrée en vigueur de l'arrêté le 1er octobre, un permis coûtera 150 couronnes (15 euros), sous peine d'amende. A Eskilstuna, ville de 69.000 habitants à quelque 100 kilomètres à l'ouest de Stockholm, comme dans de nombreuses communes du pays, des Roms de Roumanie et de Bulgarie pratiquent la mendicité depuis plusieurs années.

Une aide pour les associations. Écologistes, Parti de Gauche, Libéraux et chrétiens-démocrates ont voté contre. "Nous sommes une société civilisée, où règne l'ordre, avec de la bureaucratie, des institutions. Mais aussi une société où la marge s'accroît, en dehors de la loi", a justifié un adjoint social-démocrate, Jimmy Jansson. L'idée n'est pas d'entraver la mendicité mais de permettre aux associations ou aux services d'aide sociale d'entrer en contact avec les personnes vivant de la mendicité, font valoir ses promoteurs. Et le cas échéant "pour les aider à rentrer dans leur pays", a ajouté l'élu.

En attente de l'aval du comté. Le Premier ministre social-démocrate Stefan Löfven a jugé l'initiative "intéressante" tout en rejetant la proposition des conservateurs et de l'extrême droite d'interdire la mendicité au niveau national. Le texte doit encore obtenir l'aval du comté et il pourrait être jugé inconstitutionnel.