L'Elysée annonce la mort d'un légionnaire, "tué au combat" au Mali

, modifié à
  • A
  • A
Des soldats de l'opération Barkhane, au Mali.
Des soldats de l'opération Barkhane, au Mali. © MICHELE CATTANI / AFP
Partagez sur :
L'Elysée a annoncé lundi soir la mort d'un légionnaire, "tué au combat" au Mali. 

Un légionnaire de l'armée française est mort, "tué au combat" lors de l'opération Barkhane au Mali, a annoncé lundi soir l'Elysée. Le chef d'état major de l'armée de terre (CEMAT) a confirmé l'information dans la foulée sur Twitter. Âgé de 21 ans, le légionnaire Kévin Clément appartenait au 1er régiment étranger de cavalerie (REC) de Carpiagne, dans les Bouches-du-Rhône. 

43 militaires français tués au Sahel depuis 2013 

Le soldat a "été pris à partie alors que son peloton (était) engagé dans une action de combat contre les groupes armés terroristes dans le Liptako malien", a écrit le CEMAT. Le jeune homme, "grièvement blessé par balle à la tête", a été évacué avant de décéder "des suites de ses blessures". 

"Toute l'armée de terre est aux côtés de sa famille et de ses camarades de la Légion étrangère et du 1er REC qui paient un lourd tribut", a assuré le chef d'état major de l'armée de terre. Ce décès porte à 43 le nombre de militaires français tués au Sahel depuis le début de l'intervention française en 2013, selon un comptage effectué à partir de chiffres publiés par l'état-major.