Roquettes palestiniennes, frappes israéliennes : nouvel accès de fièvre à Gaza

, modifié à
  • A
  • A
Le bâtiment de la télévision du Hamas a été détruit par l'aviation israélienne.
Le bâtiment de la télévision du Hamas a été détruit par l'aviation israélienne. © Mahmud Hams / AFP
Partagez sur :
Trois Palestiniens ont été tués par la riposte de l'armée israélienne, après le tir de dizaines de roquettes. 

La bande de Gaza a connu lundi une nouvelle poussée de fièvre, quand trois Palestiniens ont été tués par la riposte de l'armée israélienne à un barrage de dizaines de roquettes qui a fait plusieurs blessés en Israël. Ces hostilités surviennent après des mois de tensions faisant redouter une quatrième guerre en dix ans entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas qui gouverne sans partage l'enclave sous blocus, coincée entre l'Etat hébreu, l'Egypte et la Méditerranée.

Rien ne permettait de dire lundi soir si ces tensions, comme de précédents épisodes, allaient retomber ou donner lieu à une escalade faisant avorter les efforts déployés depuis des semaines pour empêcher une nouvelle confrontation. L'armée israélienne et la branche armée du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam, ont échangé les mises en garde musclées.

Six Israéliens blessés. Des dizaines de roquettes ont été lancées en l'espace de quelques heures sur Israël, déclenchant les systèmes d'alerte et précipitant les Israéliens vers les abris dans de nombreuses localités riveraines de la bande de Gaza, voire plus éloignées. L'armée israélienne a indiqué avoir dénombré environ 200 tirs en provenance de Gaza, dont une soixantaine ont été interceptés selon elle par le système de défense anti-missiles. Six Israéliens ont été légèrement blessés par des éclats dans les environs de Sdérot, ville israélienne voisine de la bande de Gaza, ont indiqué les secours.

La plupart des roquettes sont retombées dans des zones inhabitées, a indiqué l'armée israélienne, mais deux maisons à Ashkélon et Netivot, non loin de Gaza, ont été directement touchées. Un soldat israélien a été gravement blessé par un tir de missile antichar contre un car stationné près du kibboutz de Kfar Aza, non loin de la bande de Gaza au nord, a indiqué l'armée. Les secours l'ont décrit comme un jeune de 19 ans se trouvant dans un état critique. C'est cette attaque et la réponse israélienne qui semble avoir à nouveau enclenché l'engrenage militaire.

Des tensions depuis fin mars. En représailles à cette attaque et aux tirs de roquettes, "les avions de combat, les hélicoptères d'attaque et les chars de l'armée israélienne ont pris pour cible plus de 70 positions militaires du Hamas et du Jihad islamique (deuxième force islamiste palestinienne) à travers la bande de Gaza", a indiqué l'armée. Trois Palestiniens ont été tués par les frappes, deux dans le nord et un dans le sud de la bande de Gaza, a rapporté le ministère gazaoui de la Santé, qui a fait état de neuf blessés.

La bande de Gaza et ses alentours sont en proie depuis fin mars aux tensions entre Israël, le Hamas et ses alliés, qui ont culminé à de nombreuses reprises dans des flambées de violences jusqu'alors retombées au bout de quelques heures. Un tel accès s'est à nouveau produit dimanche, lors d'une opération des forces spéciales israéliennes qui a apparemment mal tourné.