Premier mort de 2019 sur l'Everest

  • A
  • A
(Photo d'illustration) Les deux alpinistes faisaient partie d'une équipe de huit personnes.
(Photo d'illustration) Les deux alpinistes faisaient partie d'une équipe de huit personnes. © NIMA GYALZEN SHERPA / AFP
Partagez sur :
Un alpiniste indien de 28 ans a été découvert mort dans sa tente au camp 4, dernière halte avant la cime. Par ailleurs, un grimpeur irlandais de la même expédition est porté disparu. 

Un alpiniste indien est devenu le premier mort de l'année 2019 sur l'Everest, où un grimpeur irlandais est également porté disparu, ont indiqué vendredi des responsables d'expédition.

Ravi Thakar, 28 ans, a été découvert mort vendredi matin dans sa tente au camp 4, situé à 7.920 mètres d'altitude, dernière halte avant la cime de la montagne la plus haute de la Terre. Son équipe y reprenait des forces après une ascension réussie du sommet. "Une opération est en cours pour ramener son corps", a déclaré à Mingma Sherpa, de l'agence Seven Summit Treks. Un alpiniste de la même expédition, l'Irlandais Seamus Lawless, 39 ans, fait l'objet d'opérations de recherches après avoir glissé la veille dans une zone située à 8.300 mètres d'altitude.

Les deux alpinistes faisaient partie d'une équipe de huit personnes

Les deux alpinistes faisaient partie d'une équipe de huit personnes qui comprenait Saray Khumalo, devenue la première Africaine noire à se hisser sur le toit du monde. L'année dernière, cinq personnes avaient perdu la vie sur l'Everest.
Un soldat de l'armée indienne est mort en parallèle sur le mont Makalu, situé un peu plus à l'ouest, où un autre grimpeur indien est aussi porté disparu. "Le temps n'était pas bon et il a probablement pris du retard derrière. Une équipe de recherches ce matin n'a pas pu le trouver, mais nous allons continuer à chercher", a déclaré Mingma Sherpa à propos de ce dernier.

La haute saison bat actuellement son plein sur les pics enneigés du Népal, qui compte huit des 14 montagnes les plus élevées du globe. Entre fin avril et fin mai, la météo offre une courte fenêtre de conditions moins extrêmes et plus propices à l'ascension.