Nucléaire : l'Iran se prépare à augmenter sa production d'uranium et exclue des négociations avec les États-Unis

  • A
  • A
L'Iran a décidé de ne plus limiter ses stocks d'eau lourde et d'uranium.
L'Iran a décidé de ne plus limiter ses stocks d'eau lourde et d'uranium. © AFP
Partagez sur :
L'Iran accuse les États-Unis de provoquer une "inacceptable" "escalade de tensions" à l'encontre de Téhéran. Les tensions continuent de monter dans le Golfe.

L'Iran se prépare à augmenter son "rythme de production" d'uranium enrichi et d'eau lourde, conformément à sa décision de s'affranchir de certains engagements en matière nucléaire, a déclaré un responsable iranien cité jeudi par l'agence semi-officielle Isna.

Un processus qui a démarré le 8 mai

"Le processus d'augmentation de 'la capacité et du rythme de production' (…) d'uranium enrichi et d'eau lourde a commencé depuis le jour où le président (Hassan Rohani) l'a ordonné", a déclaré à Isna le porte-parole de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Behrouz Kamalvandi.

Le président iranien Hassan Rohani a annoncé le 8 mai que Téhéran s'affranchissait de deux engagements pris dans le cadre du plan d'action global conjoint (PAGC) - le nom officiel de l'accord international de 2015 sur le programme nucléaire iranien - en réponse à la décision américaine de se retirer unilatéralement de ce pacte un an plus tôt.

Concrètement, l'Iran cesse depuis le 8 mai de limiter ses réserves d'eau lourde et d'uranium enrichi (UF6) à respectivement 130 tonnes et 300 kg maximum, comme il s'y était engagé par l'accord conclu à Vienne et limitant drastiquement son programme nucléaire.

Démenti de Donald Trump

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a par ailleurs écarté "toute possibilité" de négociations avec les États-Unis, susceptibles de réduire les tensions croissantes dans le Golfe. "Non, il n'y a pas de possibilité pour des négociations", a répondu Mohammad Javad Zarif, en visite à Tokyo et cité par l'agence japonaise Kyodo, à des journalistes qui lui demandaient s'il était prêt à ouvrir des discussions bilatérales avec Washington afin de désamorcer les tensions.

Mohammad Javad Zarif a également rejeté les affirmations du président américain Donald Trump selon lesquelles "l'Iran voudra bientôt discuter". "Je ne sais pas pourquoi le président Trump est confiant car c'est totalement faux", a commenté l'influent ministre iranien, dont les déclarations ont été publiées en japonais par la NHK.