Nicaragua : 121 morts dans des manifestations depuis mi-avril

, modifié à
  • A
  • A
Nicaragua, Masaya crédit : INTI OCON / AFP - 1280
Les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont fait 121 morts au Nicaragua depuis mi-avril (image de Masaya). © INTI OCON / AFP
Partagez sur :

Le lancement d'une réforme de retraite a créé un mouvement de manifestations violentes dans tout le pays depuis la mi-avril, faisant 121 morts au Nicaragua.

Un total de 121 personnes ont été tuées et 1.300 blessées au Nicaragua depuis le début de la vague de manifestations lancée mi-avril contre le gouvernement du président Daniel Ortega, a annoncé mardi une ONG locale.

Des affrontements mortels entre manifestants et policiers. Ce bilan s'est alourdi ces derniers jours avec les 10 morts enregistrés dans des violences entre manifestants et forces de l'ordre à Masaya, dans le sud de ce petit pays d'Amérique centrale, a précisé Marlin Sierra, secrétaire exécutif le Centre nicaraguayen des droits de l'homme (Cenidh).

Depuis plusieurs jours, Masaya est devenu l'épicentre des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre qui tentent de dégager les nombreuses barricades obstruant les rues de cette ville de 100.000 habitants. Plusieurs habitants ont notamment fait état lundi de deux exécutions sommaires de manifestants désarmés, dont un mineur de 15 ans. Un policier a également été tué selon les autorités.

Un adolescent tué par balle à Granada. Mardi, les violences ont gagné la perle touristique de Granada, à 46 km au sud-est de la capitale Managua, où un adolescent a été tué par balle, selon le Cenidh. Un prêtre de Granada, Wilmer Perez, avait auparavant indiqué à la chaîne de télévision 100% Noticias que le jeune homme s'était trouvé au milieu d'affrontements entre manifestants et forces gouvernementales qui tentaient de lever des barricades par la force.

Wilmer Perez a indiqué avoir entendu dès la matinée de nombreuses "détonations d'armes à feu et de grenades". Selon des témoins, les barricades ont été installées pour empêcher des groupes armés inféodés au gouvernement de piller et d'incendier les commerces. Ces accusations sont reprises par les manifestants et habitants de nombreuses villes du pays.

Un chef d'État largement rejeté. Héros de la révolution sandiniste qui avait renversé la dictature en 1979, Daniel Ortega voit le vent tourner contre lui depuis la mi-avril. Il est confronté à une vague de contestation sans précédent, déclenchée par une réforme des retraites abandonnée depuis, mais qui a vite tourné à un mouvement général de rejet du chef de l'État, accusé de brider les libertés et de confisquer le pouvoir.

Il dirige le Nicaragua depuis 2007, après un premier passage de 1979 à 1990. Daniel Ortega dénonce une "conspiration de l'opposition" visant à le renverser, alors que ses opposants l'accusent de faire appel à des groupes de civils armés mobilisés en milice.