Logement surpeuplé, précarité énergétique... : cinq chiffres à retenir sur le mal logement en Europe

  • A
  • A
Plus de 23 millions de ménages européens consacrent plus de 40% de leurs dépenses à leur logement.
Plus de 23 millions de ménages européens consacrent plus de 40% de leurs dépenses à leur logement. © PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :
Le 4ème rapport annuel de la Fondation Abbé Pierre et de la FEANTSA révèle notamment que 10,4% des ménages européens consacrent plus de 40% de leurs dépenses au logement, un chiffre en progression.
CINQ CHOSES À SAVOIR

Hausse des prix, nombre record de personnes sans abri, manque de logements abordables : la crise du logement touche toute l'Europe, alertent la Fondation Abbé Pierre et la Fédération européenne des Acteurs nationaux travaillant avec les sans-abri (FEANTSA), dans un rapport publié mercredi. Europe 1 a tiré cinq chiffres du 4ème Regard sur le mal-logement en Europe, portant sur 2017.

10,4% des ménages consacrent plus de 40% de leurs dépenses au logement

La Fondation et la FEANTSA détaillent que plus de 23 millions de ménages (soit 10,4% des ménages de l'Union européenne) consacrent plus de 40% de leurs dépenses au logement. Le rapport estime qu'ils se trouvent soumis à un "taux d'effort excessif". De tous les postes de dépenses, le logement est celui pour lequel l’augmentation a été la plus forte sur ces dix dernières années (devant les dépenses en transports, en nourriture ou en santé). Les ménages y ont consacré 24,2% de leurs dépenses totales en 2017, soit une hausse de 1,5 point par rapport à 2007.

Plus d'un Européen pauvre sur quatre vit dans un logement surpeuplé

En 2017, 34.748.213 ménages (soit 15,7% de la totalité des ménages) habitaient dans un logement suroccupé. Au cours des dix dernières années, le phénomène a progressé de manière significative dans un certain nombre de pays et notamment en Belgique (+34%) et aux Pays-Bas (+116%). Ce sont les ménages vivant dans les pays de l’Est de l’Europe (Roumanie, Pologne, Bulgarie, Lettonie, Hongrie) qui restent les plus massivement confrontés à ce problème. Dans l’Union européenne en 2017, presque un quart des ménages avec enfants vivaient dans un logement surpeuplé contre 9% des ménages sans enfants. 

Près de 8% des ménages ne parviennent pas à maintenir une température adéquate dans leur logement 

Parmi les critère qui définissent un logement digne, le rapport désigne "une température, un éclairage et une fourniture d’énergie adaptés". Or neuf pays, dont le Portugal, l'Italie et l'Espagne, ont un taux supérieur à celui des 28 pays de l'Union européenne de ménages concernés par la précarité énergétique. Sur le nombre total de ménages en Europe, 17.263.444 sont concernés. 

13% des 18-24 ans européens ont une surcharge de coût du logement

Si la part des jeunes confrontés à des taux d’efforts excessifs a globalement diminué entre 2007 et 2017, leur situation s’est toutefois nettement dégradée dans un certain nombre de pays, dont le Luxembourg (+198%), la Lituanie (+121%), la Grèce (+91%) et l'Autriche (+72%). Et parmi ces 18-24, 42% de ceux dont les revenus sont en-dessous du seuil de pauvreté (revenus mensuels inférieurs à 855 euros) sont concernés.

Plus de 31 millions de ménages ont un logement situé dans une zone particulièrement polluée

14,1% des ménages européens, soit 31.206.994, vivent dans un logement soumis à de la fumée, de la poussière, des odeurs désagréables ou encore des eaux polluées.