Les témoignages s'accumulent au procès de Bill Cosby

, modifié à
  • A
  • A
La défense de Bill Cosby tente de remettre en cause le récit des victimes présumées.
La défense de Bill Cosby tente de remettre en cause le récit des victimes présumées. © NORRISTOWN, ETATS-UNIS
Partagez sur :
Les témoignages de femmes qui accusent la star du "Cosby show" d'agression sexuelle se succèdent au cours du deuxième procès de l'acteur.

Deux femmes ont ajouté jeudi leurs témoignages à ceux des trois autres qui avaient déjà accusé Bill Cosby d'agression sexuelle, avant l'audition vendredi du personnage central du procès de l'acteur, la victime présumée Andrea Constand.

Prédateur sexuel aux méthodes éprouvées. L'ancienne mannequin Janice Dickinson a été la vedette de la journée, décrivant des faits supposés qui sont apparus comme une variation sur un même thème, celui dépeignant Bill Cosby comme un prédateur sexuel aux méthodes éprouvées. Elle était la quatrième des cinq femmes citées par le procureur Kevin Steele pour évoquer des faits anciens qui ne sont pas visés par l'accusation mais ont pour but d'éclairer le jury sur le passé de Bill Cosby et les nombreux cas d'abus sexuels dont il est accusé.

"Le papa de l'Amérique couché sur moi". Des contacts, une invitation (à Lake Tahoe dans le Nevada), un verre de vin, une pilule, et le brouillard, durant plusieurs heures, avec des moments de lucidité, fenêtres sur l'horreur, le récit de la sexagénaire correspondait, en beaucoup de points, à ceux de ses devancières. "Voilà le papa de l'Amérique, couché sur moi, un homme heureux en mariage avec cinq enfants", a dit Janice Dickinson, évoquant l'un des rares instants de conscience dont elle se souvient. L'effet du sédatif était tel qu'elle dit avoir perdu conscience alors que le héros du "Cosby Show" était en train de la violer.

Cosby, manipulateur ? Avant l'audition d'Andrea Constand, attendue vendredi, une cinquième femme, Lise-Lotte Lublin, a été appelée à témoigner. Comme les autres, elle a décrit une soirée lors de laquelle Bill Cosby l'a pressée de boire de l'alcool, elle qui n'en consommait jamais, avant qu'elle ne perde conscience. Elle a dit se souvenir de Cosby, assis derrière elle, lui caressant les cheveux, mais pas d'une agression sexuelle. Celle qui est aujourd'hui professeure d'éducation physique a évoqué un Cosby manipulateur, qui se présentait comme un mentor pour inspirer confiance, une description commune à celle des quatre autres femmes qui avaient déjà témoigné avant elle.