Jeffrey Epstein a signé un testament deux jours avant sa mort

, modifié à
  • A
  • A
Deux enquêtes ont été ouvertes sur la mort de Jeffrey Epstein.
Deux enquêtes ont été ouvertes sur la mort de Jeffrey Epstein. © STEPHANIE KEITH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :
Les biens du financier, accusé d'agressions sexuelles sur des mineures et qui s'est suicidé en prison, ont été chiffrés à quelque 577 millions de dollars par le "New York Post".

Deux jours avant de se suicider, le financier Jeffrey Epstein a paraphé un testament confiant tous ses biens à un trust aux bénéficiaires inconnus, selon le New York Post citant des documents judiciaires. Selon ces documents, enregistrés dans les îles Vierges américaines, Epstein a confié ses biens, chiffrés à quelque 577 millions de dollars (520 millions d'euros), à un "trust" dénommé le "Trust 1953", affirme le journal. 

Une telle méthode est classique pour protéger la confidentialité des bénéficiaires, selon un avocat cité par le New York Post. Aucun bénéficiaire n'est nommé dans le testament, qui identifie uniquement les personnes chargées de l'exécuter, a ajouté le journal.

Une résidence à Manhattan, un ranch au Nouveau-Mexique, un appartement à Paris, deux îles dans les Caraïbes…

Dans le testament, la vaste résidence du financier à Manhattan - où il aurait abusé de nombreuses jeunes filles, y compris des mineures - est évaluée à près de 56 millions de dollars (51 millions d'euros); son ranch du Nouveau-Mexique à 17 millions (15 millions d'euros); sa propriété parisienne, avenue Foch, à 8,6 millions (7,8 millions); et les deux îles qu'il possédait dans les îles Vierges - Little St James Island, surnommée par certains "Île de la pédophilie", et Great St James Island, rachetée récemment et où il prévoyait des travaux - à quelque 85 millions au total (77 millions d'euros).

À ces biens immobiliers s'ajouteraient quelque 307 millions en actions et autres placements (277 millions d'euros), 56 millions en liquidités (51), et 18,5 millions pour ses avions privés, bateaux et voitures (16,7), selon le journal. Les documents déposés incluent aussi une copie du certificat de décès du financier, daté du 15 août, sans préciser sa cause. La mort a été confirmée comme un suicide par pendaison par la médecin légiste en chef de New York le 16 août.

Epstein ne supportait plus ses conditions de détention

Ces informations surviennent alors que d'autres sources ont indiqué que le financier, retrouvé mort dans sa cellule le 10 août à l'aube, supportait de plus en plus mal sa détention à la prison fédérale de Manhattan. Selon des sources citées par le New York Times, Jeffrey Epstein détestait tellement ses conditions de détention qu'il payait des avocats pour lui rendre visite, douze heures d'affilée, et passer la journée dans une salle réservée aux visites. Dans les jours précédant sa mort, Epstein ne se lavait plus que rarement, ne se rasait plus, et dormait à même le sol au lieu d'utiliser son lit, ont indiqué ces sources.

Le ministère américain de la Justice a annoncé le 10 août deux enquêtes sur sa mort, qui a scandalisé les États-Unis. Avant même les conclusions de ces enquêtes, le directeur de la prison a déjà été muté et les deux personnes chargées de garder Epstein cette nuit-là aussi.

Le directeur des prisons américaines remplacé

Le directeur de l'administration pénitentiaire fédérale américaine a été remplacé, a annoncé lundi le ministre de la justice William Barr. Ce remplacement de Hugh Hurwitz apparaît être la dernière retombée en date de la vive controverse suscitée par la mort de Jeffrey Epstein, qui s'est pendu en détention alors qu'il était supposé être sous étroite surveillance. Lundi dernier, le ministre William Barr avait dénoncé les carences "pour sécuriser de manière adéquate" la prison où il était détenu depuis début juillet. Des responsables pénitentiaires cités dans la presse ont affirmé que les surveillants avaient dormi environ trois heures, alors qu'ils étaient censés effectuer des rondes toutes les demi-heures.