Japon : un garçonnet de deux ans retrouvé indemne après trois jours dans la nature

  • A
  • A
Drapeau Japon 1280
C'est un bénévole de 78 ans qui a retrouvé le garçonnet, pieds nus, à quelques mètres du lieu où il avait disparu (image d'illustration). © KAZUHIRO NOGI / AFP
Partagez sur :
Le petit Yoshiki Fujimoto, tout juste deux ans, avait disparu dimanche sur l'île de Suo-Oshima, pendant une promenade avec son grand-père.

Un petit Japonais de deux ans, qui avait disparu dimanche au cours d'une balade avec son grand-père, a été retrouvé indemne mercredi, indique la mairie de la localité où il a été découvert. "Le garçonnet a été retrouvé et transporté à l'hôpital", a précisé Katsuya Emoto, un responsable de la mairie de l'île de Suo-Oshima, dans le sud-ouest de l'archipel.

Une découverte "miraculeuse". "Il n'a pas de grosses blessures, juste quelques égratignures et une légère déshydratation, mais sa vie n'est pas en danger et il devrait pouvoir quitter l'hôpital assez rapidement", a expliqué Hiroyuki Nishihara, un responsable de l'établissement où l'enfant a été admis. La découverte du petit Yoshiki Fujimoto vivant est miraculeuse, compte tenu de la chaleur humide qui sévissait ces derniers jours dans la région (plus de 30 degrés le jour) et de la présence de nombreux insectes.

Pieds nus. C'est un bénévole de 78 ans, venu d'une province voisine pour participer aux recherches, qui l'a entendu mercredi matin répondre à ses appels dans les bois, à quelques centaines de mètres de l'endroit où sa trace avait été perdue. "J'ai crié Yo-chan (suffixe utilisé au Japon pour les enfants, ndlr), il a répondu 'oui, ici'", a raconté Haruo Obata, aux télévisions. Yoshiki était assis, pieds nus.

Trois jours de recherches intenses. Ce dernier, qui a eu deux ans lundi alors qu'il se trouvait seul, avait été porté disparu dimanche matin. Il était allé se promener avec son frère et son grand-père, mais à mi-chemin, il s'est mis à pleurer, disant qu'il voulait rentrer, selon les médias. Le grand-père l'a donc laissé repartir seul vers la maison familiale sans s'assurer qu'il était bien revenu. Pendant près de trois jours, quelque 160 policiers ont quadrillé la région. Drone avec caméras optique et thermique, chiens et hélicoptères ont été mobilisés.