Japon : Karpelès, baron déchu du bitcoin, condamné à de la prison avec sursis

  • A
  • A
karpeles mark
Mark Karpelès comparaissait pour manipulation de données informatiques et abus de confiance aggravé. © QUENTIN TYBERGHIEN / AFP
Partagez sur :
Vendredi, le français Mark Karpelès a été condamné à de la prison avec sursis, soit bien moins que ce que préconisaient les réquisitions. 

Mark Karpelès, jeune loup français de l'internet accusé de malversations, a été condamné vendredi par le tribunal de Tokyo à deux ans et demi de prison avec sursis, une peine bien en deçà des réquisitions. Le procureur avait réclamé dix ans ferme contre celui qui dirigeait jusqu'à sa faillite début 2014 la société MtGox, devenue la principale place mondiale des transactions en bitcoin.  Son cas avait bien moins attiré la lumière que l'affaire Carlos Ghosn, les similitudes sont pourtant nombreuses.

Il s'est dit innocent. Arrêté le 1er août 2015, Mark Karpelès avait été placé en garde à vue durant plusieurs périodes successives d'une vingtaine de jours, inculpé pour abus de confiance puis mis en détention provisoire, et libéré sous caution un peu moins d'un an plus tard, avec interdiction de quitter le territoire japonais. Mark Karpelès s'est dit innocent tout au long de la procédure. Et il s'est montré très critique sur le système judiciaire japonais et son expérience des geôles de l'archipel.

Abus de confiance aggravé. Arrivé à l'audience en costume sombre, ce génie de l'informatique de 33 ans a accueilli le verdict en restant impassible, visage peu expressif et lèvres closes. Dans son jugement, le tribunal a estimé que ses agissements avaient "grandement porté atteinte à la confiance des utilisateurs". Mark Karpelès "a abusé de son expertise en tant qu'ingénieur informatique ainsi que de sa position et autorité", ont estimé les juges. Il comparaissait pour manipulation de données informatiques et abus de confiance aggravé.

Droits de logiciels et lit de luxe. Il était soupçonné d'avoir détourné des fonds de l'entreprise "dans le but de couvrir des frais personnels, avec manquement aux obligations découlant de sa charge", selon l'acte d'accusation. Mais il a été acquitté du chef de détournement de fonds. Le parquet lui reproche d'avoir utilisé l'argent en question, 341 millions de yens (2,7 millions d'euros actuels), dans l'achat de droits de logiciels, mais aussi pour s'offrir un lit de luxe dans son appartement loué 1,4 million de yens (11.200 euros) par mois. Les faits reprochés à Mark Karpelès avaient été découverts en marge d'une enquête sur la disparition soudaine de centaines de milliers de bitcoins. MtGox avait, selon son patron, été victime d'une attaque informatique, ce que des investigations distinctes à l'étranger tendent à confirmer.