"J'ai pleuré de joie": en Argentine, les députés votent la légalisation de l’avortement

  • A
  • A
IVG argentine RONALDO SCHEMIDT / AFP 1:20
Les militantes pro-IVG se sont félicitées vendredi que les députés votent le projet de loi légalisant l'avortement en Argentine. © RONALDO SCHEMIDT / AFP
Partagez sur :
Un premier pas en Argentine vers une légalisation de l'IVG : les députés ont voté pour, vendredi. Alors que le Sénat doit encore se prononcer, les partisans des deux camps sont mobilisés en masse pour suivre ces débats qui pourraient marquer l'histoire de leur pays. Reportage d'Europe 1 à Buenos Aires.
REPORTAGE

Vers un tournant historique pour les droits des femmes en Argentine ? Dans un pays où des centaines de milliers d'entre elles avortent clandestinement chaque année, les députés ont voté vendredi pour la légalisation de l'IVG. Ils se prononçaient sur un texte présenté par le gouvernement, une première. Le projet de loi autorisant l'avortement jusqu'à la 14e semaine de grossesse a obtenu le soutien de 131 députés, 117 se sont prononcés contre et six se sont abstenus. Désormais, c'est au tour du Sénat de donner son avis. Les débats s'annoncent très serrés et les partisans des deux camps maintiennent la pression. Europe 1 a rencontré des militantes pro et anti-avortement à Buenos Aires.

"Joie" du côté des féministes

Les féministes argentines sont particulièrement heureuses et émues après le vote des députés en faveur de la légalisation de l'IVG. Beaucoup sont aussi épuisées après avoir suivi le débat de près de 20 heures à la chambre basse du Congrès. "J'ai peu dormi, la première chose que j'ai fait en me levant c'est de regarder le résultat du vote", témoigne ainsi Florencia, étudiante de 24 ans. "J'ai pleuré de joie, je suis sortie sur mon balcon pour crier, j'ai parlé avec toutes mes amies, on s'est félicitées pour notre lutte. C'est incroyable."

Les anti-avortement comptent sur le Sénat

L'adoption du projet de loi par les députés était attendue. Chez les anti-avortement, on s'y préparait depuis la veille avec une certaine résignation. Juliana, 30 ans, a passé des heures devant le Congrès au moment de l'examen du texte. La jeune femme, membre d'une église évangélique, estime que tout repose sur le vote au Sénat. "Nous gardons la foi, nous avons confiance et nous croyons que la loi ne passera pas. En attendant, on continue de se battre pour défendre la vie." 

Le vote s'annonce extrêmement serré au Sénat et pourrait se jouer à 1 voix près, alors que ce dernier avait déjà rejeté la légalisation en 2018. En cas d'égalité parfaite, c'est la présidente du Sénat, Cristina Fernández de Kirchner, qui tranchera. On connaît déjà sa position : elle est pour la légalisation de l'IVG.

Europe 1
Par Aude Villiers-Moriamé, édité par Séverine Mermilliod