Glyphosate : Paris souhaite que la prolongation "n'aille pas au-delà de 4 ans"

, modifié à
  • A
  • A
Un communiqué du Premier ministre précisera "la position de la France" sur le glyphosate, a indiqué mercredi Christophe Castaner. © Ludovic MARIN / AFP
Partagez sur :

Favorable à un renouvellement de trois ans, la France pourrait accepter une prolongation de 4 ans du glyphosate dans l'UE pour permettre un consensus au niveau européen.

La France souhaite que le renouvellement de l'autorisation dans l'Union européenne du glyphosate, herbicide controversé dont la licence expire en décembre, "n'aille pas au-delà de quatre ans", a indiqué Matignon à l'AFP mercredi, en plein débat à Bruxelles. 

Permettre le consensus. Favorable à un renouvellement pour trois ans de l'autorisation du glyphosate, la France est prête à accepter une durée de quatre ans pour permettre un consensus. Un communiqué du Premier ministre Édouard Philippe sera diffusé et précisera "la position de la France sur ce sujet, entre le délai proposé par la Commission à quatre ans, et la position de la France qui doit être favorable à trois ans mais qui doit faire en sorte d'accompagner cette échéance", avait déclaré auparavant Christophe Castaner, lors du compte rendu du Conseil des ministres mercredi.

Contre un renouvellement de 10 ans. Sondée par la Commission européenne qui cherche à faire émerger un nouveau compromis, Paris s'est prononcée "contre" la prolongation initialement prévue de dix ans mais également contre une prolongation de cinq ans, a précisé l'entourage du Premier ministre dans une déclaration écrite. Les États membres de l'Union européenne ont reporté mercredi leur décision sur le renouvellement de la licence de ce produit controversé, largement utilisé dans l'agriculture et le jardinage, a annoncé la Commission européenne.