Fusillade d'Utrecht : le tireur poursuivi pour homicides terroristes avoue ses crimes devant le juge

, modifié à
  • A
  • A
La fusillade dans un tramway d'Utrecht aux Pays-Bas lundi a fait trois morts.
La fusillade dans un tramway d'Utrecht aux Pays-Bas lundi a fait trois morts. © Robin van Lonkhuijsen / ANP / AFP
Partagez sur :
Lors de sa première comparution devant le juge, le suspect a déclaré avoir "agi seul".

Le suspect poursuivi pour meurtre multiple ou homicides à des fins "terroristes" après la fusillade qui a fait trois morts lundi dans un tramway à Utrecht aux Pays-Bas a avoué vendredi ses crimes lors de sa première comparution devant le juge, a déclaré le parquet.

"Le suspect âgé de 37 ans a avoué ce matin (vendredi) devant le juge d'instruction les infractions pénales qui avaient été retenues contre lui", a indiqué le ministère public dans un communiqué, ajoutant que le suspect avait déclaré avoir "agi seul".

La fusillade a fait trois morts et sept blessés dont trois grièvement atteints. Les personnes décédées sont une femme de 19 ans et deux hommes de 28 et 49 ans, tous originaires de la province d'Utrecht. Gokmen Tanis, né en Turquie, déjà connu de la justice néerlandaise pour des faits de vol et de viol, a été arrêté lundi à l'issue d'une chasse à l'homme de huit heures. Une arme à feu a été saisie lors de son interpellation.

L'autre suspect relâché

Le parquet n'a pas communiqué davantage d'informations sur les déclarations du suspect - placé en détention provisoire - devant le juge "afin de préserver les intérêts de l'enquête". Un deuxième suspect, un homme de 40 ans arrêté mardi, a été relâché. Il était interrogé par les enquêteurs pour déterminer s'il a pu jouer un rôle de soutien en dehors de la fusillade.

"Cet homme a été arrêté mardi parce que le suspect âgé de 37 ans a été arrêté chez lui. Ces derniers jours, une enquête approfondie a été menée pour déterminer si l'homme avait participé à la fusillade ou s'il avait apporté son aide". "Aucune preuve n'a été apportée et l'homme n'est donc plus un suspect', a-t-il ajouté.

Une marche silencieuse se tiendra vendredi soir à Utrecht en hommage aux victimes de la tuerie, en présence du Premier ministre néerlandais Mark Rutte et du ministre de la Justice et de la Sécurité, Ferdinand Grapperhaus.