Etats-Unis : Donald Trump a fait son choix pour remplacer Ruth Bader Ginsburg à la Cour suprême

, modifié à
  • A
  • A
Le Sénat, à majorité républicaine, devra valider le choix de Donald Trump pour remplacer Ruth Bader Ginsburg à la Cour suprême. 1:28
Le Sénat, à majorité républicaine, devra valider le choix de Donald Trump pour remplacer Ruth Bader Ginsburg à la Cour suprême. © Brendan Smialowski / AFP
Partagez sur :
Le président américain aurait choisi Amy Coney Barrett, une juge conservatrice, pour intégrer la Cour suprême américaine après la mort, la semaine dernière, de Ruth Bader Ginsburg icône des progressistes. Donald Trump annoncera officiellement son choix samedi soir à 23 heures.

Donald Trump annoncera samedi à 23 heures le nom de la nouvelle juge qui devrait intégrer la Cour suprême américaine après la mort, la semaine passée, de Ruth Bader Ginsburg. Selon les médias outre-Atlantique, le président américain devrait nommer la juge conservatrice Amy Coney Barrett, qualifiée de femme "extraordinaire" par Donald Trump lui-même. Il hésitait jusqu'ici entre trois femmes.

Amy Coney Barrett est une juge de 48 ans, connue pour ses arguments ciselés et ses convictions religieuses traditionalistes. Originaire de la Nouvelle-Orléans, la juge Barrett est une fervente catholique. Elle et son mari élèvent sept enfants dont deux adoptés et originaires d'Haïti.

Opposée au droit à l'avortement

Cette professeure de droit est personnellement opposée au droit à l'avortement et a déjà laissé entendre qu'elle pourrait approuver des propositions restrictives au sujet de l'interruption volontaire de grossesse (IVG). Si la magistrate est confirmée par le Sénat à majorité républicaine, la Cour suprême américaine penchera alors à droite avec six juges conservateurs et trois progressistes. Cette nomination, si elle était acceptée, galvaniserait par ailleurs l'électorat de Donald Trump et en particulier les évangélistes.

Les démocrates, eux, critiquent une prise de décision trop rapide. Ils estiment que Donald Trump aurait dû attendre l'élection présidentielle américaine de novembre et laisser le prochain président élu nommer un ou une juge en remplacement de Ruth Bader Ginsburg.

Europe 1
Par Sonia Dridi, édité par Maxime Dewilder