En Australie, les araignées tueuses prolifèrent à cause des conditions climatiques

  • A
  • A
Partagez sur :
Après les incendies et les tempêtes, il ne manquait plus que ça à l'Australie : la prolifération d’araignées particulièrement dangereuses et meurtrières pour l’homme. Les arachnologues australiens alertent la population et sont catégoriques : la prolifération de ces araignées est due aux récents bouleversements climatiques que traverse le pays.

L’Australie ne sera donc jamais au bout de ses peines. Après les incendies gigantesques qui l’ont ravagée, les vents violents engendrant des tempêtes de poussière, les orages et leur lot d’inondations et de grêlons gros comme des balles de tennis, l’Australie s’apprête à affronter une énième plaie : la prolifération d’araignées tueuses. Un article de Sciences et Avenir explique la crainte des arachnologues australiens de voir ces araignées proliférer. Ces derniers sont catégoriques, les conditions météorologiques qui affectent le pays depuis plusieurs semaines sont idéales pour que les araignées prolifèrent, quittant leur terrier pour se reproduire.

Une araignée particulièrement dangereuse et meurtrière

Les scientifiques alertent donc la population quant à la prolifération de ces araignées, parmi lesquelles l’une est particulièrement dangereuse. Il s’agit de l’Atrax robustus, plus connue sous le nom d’araignée à toile-entonnoir de Sydney, une petite mygale de cinq centimètres dont la morsure peut être mortelle. L’Atrax robustus est même l’araignée la plus meurtrière pour l’humain devant la veuve noire, car à la différence de cette dernière, elle est très agressive et n’hésite pas à mordre au moindre danger. Son venin entraîne vertiges, nausées, tension artérielle, convulsions, nécrose et potentiellement la mort.

Le problème est pris très au sérieux en Australie qui, depuis les années 1980, a développé un vaste programme anti-venin, et ce avec succès, puisqu’aucun décès n’a été recensé depuis. Cependant, les récents bouleversements climatiques qui meurtrissent l’Australie pourraient changer la donne. Les arachnologues craignent une explosion du nombre d’Atrax robustus et donc de morsures. De quoi effrayer les arachnophobes... et bien d’autres.

Europe 1
Par Julien Pearce, édité par Léa Beaudufe-Hamelin