ÉDITO - Législatives au Royaume-Uni : si Boris Johnson "l'emporte ce soir, il aura réussi un tour de force"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Les Britanniques sont de retour aux urnes ce 12 décembre : si les travaillistes l'emportent, ce sera un nouveau référendum sur le maintien ou la sortie de l'Union Européenne. Si le Premier ministre Boris Johnson l'emporte, il fera tout pour mener à bien le Brexit fin janvier, et aura son incroyable pari, selon notre éditorialiste Vincent Hervouet.

> Les résultats des élections législatives qui se déroulent ce jeudi 12 décembre au Royaume-Uni auront un impact sur la politique intérieure du pays mais, plus encore, sur tous les pays européens. L'Europe pourrait être chamboulée aussi bien politiquement qu'économiquement, avec la question du Brexit en suspens. Les sondages annoncent pour le moment la victoire des conservateurs, mais selon l'éditorialiste d'Europe 1 Vincent Hervouet, ils se sont déjà fourvoyés...

"Ils se sont trompés pour Theresa May, comme pour David Cameron, ils se trompent presque à chaque fois. On dirait que les Britanniques sont démocrates au point de voter exprès pour contredire les prévisions. Alors on vérifiera ce soir que le Royaume-Uni a le cul par-dessus tête, le Nord conquis par les conservateurs et le Sud et l'Ouest basculant du côté travailliste. On verra si le vote pour ou contre le Brexit déborde le clivage droite-gauche.

Entendu sur europe1 :
"BoJo" joue les nounours, tourne des clips, prend tous les risques, y compris la démagogie

En attendant, cette campagne anglaise incite à méditer : le Premier ministre qui fait rigoler l’Europe et grincer Bruxelles est un redoutable animal politique. "BoJo" joue les nounours, tourne des clips, prend tous les risques y compris la démagogie. Avec Theresa May, le Brexit s'était enlisé dans un débat de technocrates; lui a rouvert les négociations, défié les parlementaires et s'il l'emporte ce soir il aura réussi un tour de force : le pitre est un stratège.

Boris Johnson a fait campagne sur la sécurité, l'immigration, la construction d'hôpitaux, la fracture numérique, une politique de relance et des emplois publics... Avec le Brexit, c'est le retour de l'Etat providence qu'il promet. S'il l'emporte, on souhaite bien du plaisir à la nouvelle commission qui participe ce jeudi matin à son premier Conseil européen, et qui va négocier les relations futures avec Londres. Il faut toujours éviter de vendre la peau du nounours avant de l'avoir tué." 

Europe 1
Par Vincent Hervouet édité par Séverine Mermilliod