Donald Trump accuse les médias d'être "l'ennemi du peuple"

, modifié à
  • A
  • A
Donald Trump reproche aux médias d'être sa principale opposition politique.
Donald Trump reproche aux médias d'être sa principale opposition politique. © MANDEL NGAN / AFP
Partagez sur :
Le tweet du président américain fait suite à la publication du rapport Mueller, qui le disculpe de complicités avec la Russie au cours de la campagne présidentielle de 2016. 

Le président américain Donald Trump a de nouveau accusé les médias d'avoir couvert de manière partiale l'enquête russe menée par le procureur Mueller, les accusant d'être "l'ennemi du peuple" et "le vrai parti d'opposition".

"Pendants deux ans (les médias mainstreams) ont poussé ce délire de la collusion russe, alors qu'ils savaient qu'il n'y avait pas de collusion. Ce sont vraiment les ennemis du peuple et le véritable parti d'opposition", a tweeté Donald Trump deux jours après la publication du rapport Mueller, qui a conclu à l'absence d'éléments pour prouver une entente de Donald Trump avec la Russie.

Les menaces du commander in chief

Le milliardaire républicain a l'habitude d'utiliser l'expression "ennemi du peuple" pour qualifier les médias américains, les accusant de couvrir sa présidence de manière défavorable. Depuis que le rapport Mueller a été rendu public, Donald Trump se montre satisfait mais aussi revanchard. "Il y a beaucoup de gens qui ont fait des choses vraiment terribles, je dirais même des choses qui relèvent de la trahison contre notre pays", a-t-il lancé lundi. "Il faudra se pencher sur leur cas", a-t-il menacé.

Le rapport du procureur Mueller, après près de deux ans d'enquête, disculpe Donald Trump et son entourage de collusion avec la Russie, selon un résumé du document publié dimanche. Cependant, il "n'exonère pas" le président de l'accusation d'entrave à la justice dans cette affaire. L'enquête sur une possible collusion entre Moscou et la campagne Trump en 2016 a longtemps été une épine dans le pied du président américain, faisant même planer l'ombre d'une destitution.