Chocolat, eau turquoise et tags : nos bons plans pour découvrir une Suisse étonnante

  • A
  • A
Lac bleu d'Arolla Suisse 6:48
Le lac bleu d'Arolla est l'une des merveilles méconnues de la Suisse. © Fabrice COFFRINI / AFP
Partagez sur :
Il n'y a pas que les montagnes ou les montres en Suisse. Dans sa chronique de l'émission "Et si on partait ?", l'auteur du "Lonely Planet", Jean-Bernard Carillet, dévoile ses coups de cœur variés d'un pays qui recèle de merveilles méconnues. Avec, au passage, un petit détour par le gourmand Train du Chocolat.

Prenons le temps, dimanche, de partir à la découverte de la Suisse. Mais pas n'importe laquelle : certes, il y a les incontournables montagnes des Alpes dont on ne peut guère faire abstraction. Mais loin des clichés d'un pays froid et austère, la Suisse se révèle être une contrée riche et accueillante. Surprenante, même, lorsqu'elle dévoile des atouts touristiques insoupçonnés, comme l'eau turquoise du lac bleu d’Arolla ou les tags de l'ouest de Zurich. Jean-Bernard Carillet, auteur au Lonely Planet, vous emmène dans ses bagages pour aborder un pays véritablement étonnant.

L'aventure du Glacier Express

La Suisse, c'est d'abord un moyen de transport à privilégier : le train. Le réseau routier est très bon, mais rien ne vaut un voyage en train en Suisse. Pour la simple et bonne raison que les lignes ferroviaires traversent des paysages somptueux et que le réseau est excellent dans tout le pays. Les lignes de train ne sont pas que des moyens de déplacement, ce sont presque des attractions à part entière.

Le Glacier Express est l'un de ces trajets exceptionnels : c'est un train mythique qui relie les deux stations de sport d’hiver les plus chics de Suisse, Zermatt et St Moritz, au cœur des Alpes suisses. C'est l'un des plus beaux itinéraires d’Europe avec des tronçons vraiment spectaculaires. Trois chiffres : 290 km en 8 heures, avec 191 tunnels à parcourir ! Les wagons sont panoramiques, y compris sur le toit : la vue est incomparable sur les montagnes, les parois, les lacs, les ravins. Petit conseil pour avoir la plus belle vue : réservez un siège côté Sud. En revanche, pour les photographes, les fenêtres ne s’ouvrent pas. Dans ce cas, prenez un express régional sur le même parcours.

L'élégant et gourmand Train du Chocolat

Évoquons un autre trajet emblématique : le Train du Chocolat ! C'est un train très gourmand puisqu'il relie Montreux, sur les bords du Léman, à la chocolaterie Cailler (Nestlé), à Broc. Les voyageurs ne circulent qu’en première classe, dans les très élégantes voitures Pullman de 1915 ou pour dans des voitures panoramiques modernes. À l'arrivée à la chocolaterie Cailler, une visite et une dégustation sont bien sûr prévues. Cela devrait ravir à la fois les accros au cacao, dont nous sommes tous, et les amoureux du rail.

L'eau pure du lac Bleu d’Arolla

Côté lacs, il y a bien évidemment le lac Léman. Mais un autre lac, très spécial, mérite le détour : le lac Bleu d’Arolla, à 2.100 mètres d’altitude, près de la frontière avec l’Italie. C'est un cadre merveilleux, au milieu des mélèzes, des marmottes et des chamois. Son véritable attrait réside pourtant dans sa transparence et sa couleur. L'eau y est cristalline et on voit parfois les truites.

La couleur bleu turquoise vaut le coup d’œil : on croirait vraiment un lagon polynésien. C’est tout simplement dû à un phénomène chimique : l'eau vient d’une source d’une pureté exceptionnelle en amont et ruisselle sur de l’argile. Elle se charge d’une algue microscopique, qui lui donne ces reflets bleutés. On y accède à pied, donc il n’y a jamais trop de monde. La balade n'est pas difficile, il y a 45 minutes de marche. C’est l’un des endroits les plus reposants de Suisse, avec de sympathiques tables de pique-nique.

Le Grand Canyon version helvète

Délaissons quelque peu les montagnes alpines pour un autre paysage, dans le canton de Neuchâtel, pas très loin de la frontière française. Ça s’appelle le Creux du Van et c'est une impressionnante paroi naturelle. Vous voyez le Grand Canyon aux États-Unis ? C'est un peu pareil, en plus petit. C'est le Grand Canyon de la Suisse, avec des falaises qui entourent un fond de vallée de 1 km de long et plus de 400 m de profondeur. L’arrivée est à couper le souffle. On marche sur un plateau en suivant un sentier qui débouche sur le bord de la falaise. Et là, bingo ! On a un panorama qui se dévoile d’un seul coup, avec un effet visuel époustouflant.

000_Par8249485 (1)

Les quartiers sous-estimés de Zurich

Dans la famille des villes sous-estimées, attardons-nous sur Zurich. Son image n'est pas spécialement glamour, c'est une ville de banquiers, institutionnelle. La plupart des visiteurs s’en tiennent à la vieille ville. Mais Zurich-ouest est en pleine métamorphose, avec d’anciens quartiers industriels reconvertis. Cela tranche avec le reste de la ville. Le quartier alternatif est à découvrir lors d’une balade pédestre pour s’imprégner de cette ambiance si particulière, décalée, insolite.

On commence par la Freitag Tower : 19 containers empilés, 26 mètres de hauteur, une super vue et un mini gratte-ciel recyclé. Cette tour Freitag, c’est aussi une boutique, qui vend des sacs de la marque Freitag. Ce sont des sacs réalisés à partir de matériaux recyclés de bâches de camion.

On continue la balade dans ce quartier alternatif, qui comporte plein de cafés de style arty, et des skateparks. Il y a des galeries d’art contemporain qui occupent d’anciennes établissements industriels. Et même, ce qu’on ne voit jamais en Suisse, des tags ! À Zurich-ouest, on peut même se baigner dans la Limmat, une rivière avec des spots de baignade, appelés "badis". C’est un peu Zurich-plage. Il y a même des espaces aménagés, avec des vestiaires. Les jeunes sautent des ponts et, par endroits, l'eau est transparente.

000_Par843611 (1)

Un détour incontournable pour les fans de foot

Pour ceux et celles qui aiment le foot, on peut aussi recommander la visite du Musée mondial du Football et de la FIFA. C’est en effet à Zurich que se situe le siège mondial de cette institution mondiale. Vous y verrez le trophée original de la FIFA. Il fait le déplacement pour les cérémonies protocolaires et c’est bien lui qu’a brandi l’équipe de France au soir de la finale à Moscou en 2018. Après, les joueurs ne reçoivent qu’une copie, et l’original revient à Zurich. On a rarement l’occasion de le regarder de près, mais c’est un trophée qui représente deux sportifs qui brandissent la planète Terre. D’un poids de 6 kg et d’une hauteur de 37 cm de haut, il est composé à 75% d’or et également de malachite, une pierre de couleur verte.