"Brésil, il y a urgence" : la gauche peine toujours à mobiliser pour faire rempart à Jair Bolsonaro

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Si Fernando Haddad, le candidat de la gauche, bénéficie du soutien de nombreuses minorités depuis la qualification pour le second tour du sulfureux Jair Bolsonaro, les sondages continuent d'être largement favorable à l'extrême-droite.
REPORTAGE

Le dénouement est proche, et pour beaucoup l'angoisse n'a jamais été aussi grande. Dimanche 28 octobre, 147 millions de Brésiliens seront appelés à élire leur nouveau président. Au terme d’une campagne très tendue, l’extrême-droite et son candidat, Jair Bolsonaro, s'annoncent ultra-favoris, affichant sans complexe leur sexisme, leur homophobie et leur racisme. Ses dirigeants ont misé sur une explosion de la violence à travers le pays et une gauche discréditée par de nombreux scandales de corruption pour s'imposer. Dans ce contexte, le candidat du Parti des travailleurs, Fernando Haddad, peine à trouver ses soutiens

A quoi ressemblerait le Brésil de Jair Bolsonaro ? 

Un candidat par défaut. Lundi, ce remplaçant au pied levé de Lula, empêché par son emprisonnement, menait un meeting de la dernière chance à Rio, dans le petit hangar d’une favela. "Brésil, il y a urgence. Haddad président !", répétait "en cœur un millier de soutiens, principalement des noirs, des homosexuels et des femmes, venus soutenir par défaut ce quasi-inconnu peu charismatique, comme a pu le constater l'envoyée spéciale d'Europe 1.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"Une force qui s'appelle l'espérance". "Je veux offrir des livres aux enfants des favelas et non des armes", a assuré Fernando Haddad aux militants venus se persuader que le pire ne peut pas arriver. "Au Brésil, on a une force qui s'appelle l'espérance, et qui nous fera lutter jusqu’au bout", assure à Europe 1 une sympathisante. "Aujourd'hui, c'est lui notre seul rempart pour sauver l'éducation et la paix. Notre dernière chance pour la démocratie", martèle-t-elle.

Sondages de mauvaise augure. Pourtant, dans quatre jours, c'est un nostalgique de la dictature militaire qui pourrait bien imposer "le dégagisme" à la brésilienne, et ce malgré les "non aux fascistes" qui retentissent frénétiquement dans les meetings de la gauche. "Lula libéré", y lance-t-on encore. De quoi oublier faire oublier, au moins pour un moment, que les sondages voient déjà le capitaine Bolsonaro président du Brésil, avec 60% des suffrages.

Europe 1
Par Sandrine Prioul, édité par Romain David