Autriche : démission de tous les ministres d'extrême droite

  • A
  • A
Heinz-Christian Strache Strache a été filmé en train d'envisager l'octroi de contrats publics autrichiens en échange de soutiens financiers russes.
Heinz-Christian Strache Strache a été filmé en train d'envisager l'octroi de contrats publics autrichiens en échange de soutiens financiers russes. © ALEX HALADA / AFP
Partagez sur :
Le parti d'extrême droite autrichien a annoncé lundi la démission de tous ses ministres du gouvernement, après le limogeage plus tôt du ministre de l'Intérieur Herbert Kickl dans le cadre de l'"Ibiza-gate".

Le Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ - extrême droite) a annoncé en fin de journée lundi retirer avec effet immédiat tous ses ministres du gouvernement formé avec les conservateurs du chancelier Sebastian Kurz, sans attendre les législatives anticipées qui devraient avoir lieu en septembre. Ce départ fait suite à la décision du chef du gouvernement de limoger le ministre de l'Intérieur d'extrême droite Herbert Kickl.

Autour de ce responsable politique controversé, stratège du FPÖ, une nouvelle crise s'était nouée lundi au sein de la coalition à l'agonie : le chancelier Sebastian Kurz estime le profil de ce ministre incompatible avec le déroulement de l'enquête sur la vidéo tournée secrètement dans une villa d'Ibiza en 2017, mettant en cause le leader nationaliste Heinz-Christian Strache Strache, l'ex-patron du FPÖ, acculé samedi à la démission de tous ses mandats, dont celui de vice-chancelier.

Strache disposé à se compromettre avec la Russie

Dans les déclarations alcoolisées de Strache enregistrées en caméra cachée lors d'un rendez-vous organisé pour le piéger et divulguées dans cette vidéo, l'ancien chef de l'extrême droite envisageait l'octroi de contrats publics autrichiens en échange de soutiens financiers russes. Il évoquait également un système de financement illégal du FPÖ, parti qu'il dirigeait depuis 2005, dans les extraits révélés vendredi par des médias allemands mais dont l'origine n'a pas été établie.

Le FPÖ détenait, outre le portefeuille de l'Intérieur, ceux des Affaires étrangères, de la Défense, des Transports et du Travail.