Un A380 d'Air France obligé d'atterrir en urgence après une panne moteur

, modifié à
  • A
  • A
© AFP
Partagez sur :
L'avion qui effectuait la liaison Paris-Los Angeles a dû se poser en urgence au Canada en raison d'une panne sur l'un de ses moteurs, sans dommage pour ses 520 occupants.

Un A380 d'Air France effectuant la liaison Paris-Los Angeles a été contraint d'opérer un "atterrissage d'urgence" samedi au Canada à la suite d'un "grave dommage" sur l'un de ses quatre réacteurs, a annoncé la compagnie samedi à Paris.

"L'avion qui porte le vol 066 s'est posé sans dommage sur l'aéroport militaire de Goose Bay au Canada et l'ensemble des 520 personnes à bord ont été évacués sans dommages ni blessés", a indiqué un porte-parole de la compagnie.

Un déroutage au-dessus du Groenland. Le déroutage a eu lieu alors que le vol passait au-dessus du Groenland, l'avion s'est posé à Goose Bay à 15h42 (17h42 heure française), a indiqué le porte-parole. 496 passagers étaient à bord, ainsi que 24 membres d'équipage, dont trois personnels navigants techniques, a-t-il précisé. L'atterrissage s'est passé "normalement" sur cette base militaire, qui est un aéroport dit de dégagement sur les routes aériennes transatlantiques. Air France a immédiatement envoyé du personnel depuis Montréal et New York sur place pour s'occuper des passagers.

"Toutes les solutions examinées" pour acheminer les passagers. La compagnie est en train "d'examiner toutes les solutions" pour acheminer les passagers au plus vite vers les États-Unis, a-t-il ajouté. Air France exploite au total 10 super-jumbos Airbus A380, des très gros porteurs équipés de quatre réacteurs.

"Il n'y avait pas la panique qu'on aurait pu craindre". Selon de premiers témoignages de passagers recueillis par la télévision publique canadienne CBC, une détonation a été entendue, suivie d'un décrochage de l'avion, que l'équipage a rapidement maîtrisé. "La cabine a commencé de vibrer. Quelqu'un a crié, et nous avons compris que quelque chose n'allait pas bien" a dit Sarah Eamigh à la CBC. "Il n'y avait pas la panique qu'on aurait pu craindre" a ajouté Pamela Adams, interviewée sur la même chaîne de télévision, en saluant la compétence de l'équipage. Les images diffusées par les passagers étaient assez spectaculaires, l'enveloppe entourant le réacteur ayant totalement disparu.