Affaire Skripal : un scientifique russe affirme avoir participé au programme "Novitchok"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Cette version semble contredire la position de Moscou selon laquelle ce programme de conception d'agents chimiques n'a jamais existé. 

Un scientifique russe cité mardi par l'agence d'Etat russe Ria-Novosti raconte avoir travaillé à la conception des agents chimiques "Novitchok", mis en cause dans l'empoisonnement de Sergueï Skripal, semblant contredire la position de Moscou selon laquelle ce programme n'a pas existé. "Le Novitchok n'est pas une substance, c'est tout un système d'armes chimiques", explique Leonid Rink dans un entretien à Ria-Novosti, qui le présente comme l'un des concepteurs de ce programme. L'agent innervant Novitchok a été désigné par Londres comme à l'origine de l'empoisonnement de l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille le 4 mars en Angleterre.

Révélation d'un ancien chimiste réfugié aux Etats-Unis. "Ils sont toujours vivants. Cela signifie que soit ce n'était pas le système Novitchok du tout, soit il était préparé négligemment", assure Leonid Rink à Ria-Novosti. L'existence de ce programme et sa formule chimique ont été révélés par le chimiste russe aujourd'hui réfugié aux États-Unis Vil Mirzaïanov, selon qui ces agents à l'efficacité redoutable ont été mis au point dans les années 1980 par des scientifiques soviétiques. Après les accusations de Londres, Moscou a démenti l'existence de tout programme de développement d'armes chimiques du nom de "Novitchok" ni du temps de l'URSS, ni en Russie.

Le ministère russe des Affaires étrangères s'en tient à sa position. "Un grand groupe de spécialistes développait le Novitchok à Moscou et à Chikhany : des techniciens, des toxicologues, des biochimistes. (...) Nous sommes parvenus à un très bon résultat", raconte cependant Leonid Rink. Ce dernier affirme toutefois ne pas croire que la Russie soit derrière l'empoisonnement de Sergueï Skripal, hospitalisé dans un état critique, car elle sait que l'utilisation même du "Novitchok" permettrait de remonter jusqu'à elle. "Tirer sur un individu qui ne présente pas d'intérêt avec un missile d'un tel calibre et ne pas parvenir malgré tout à le toucher, c'est le summum de la stupidité", estime-t-il. Selon le chimiste, la technologie du "Novitchok" est accessible "pour n'importe quel Etat développé" ou grande compagnie pharmaceutique. "Développer une telle arme ne présente aucun problème", affirme-t-il. Interrogé sur cet entretien publié dans une agence d'Etat, le ministère russe des Affaires étrangères s'en est tenu à sa position : "Il n'y a eu aucun programme de recherche et développement sous le nom 'Novitchok'".