Le président sud-coréen défend son espion

  • A
  • A
Partagez sur :

Le président sud-coréen a volé jeudi au secours de son espion en chef, attaqué de toutes parts depuis l'échec de ses services à découvrir la mort du dirigeant nord-coréen Kim Jong-il avant son annonce officielle.

Des responsables de l'opposition de gauche mais aussi des parlementaires de la droite au pouvoir ont demandé le renvoi de Won Sei-Hoon, chef du Service national de renseignements (NSI). Kim Jong-Il est mort samedi mais le régime communiste nord-coréen a tenu la nouvelle secrète pendant deux jours avant de l'annoncer lundi, prenant de court toute la Corée du Sud, y compris son service d'espionnage.