Trois lycéens mis en examen en Moselle pour fabrication d'engins incendiaires

  • A
  • A
Le quatrième lycéen gardé à vue a été remis en liberté. Photo d'illustration.
Le quatrième lycéen gardé à vue a été remis en liberté. Photo d'illustration. © AFP
Partagez sur :
Quatre mineurs avaient été placés en garde à vue pour avoir confectionné des engins incendiaires à l'arrière d'un bâtiment, près du lycée de Rombas, en Moselle.

Trois lycéens âgés de 16 et 17 ans ont été présentés mardi à des juges des enfants de Metz et Thionville pour avoir fabriqué des engins incendiaires artisanaux lors de manifestations de lycéens à Rombas, a appris l'AFP auprès de la police.

Des faits découverts récemment par les policiers. Lors d'une intervention des policiers le 3 décembre au lycée Julie-Daubié, à Rombas, pour une manifestation rassemblant une centaine de lycéens, "il était signalé que des jeunes confectionnaient des engins incendiaires artisanaux à l'arrière d'un bâtiment situé face à l'établissement scolaire", a indiqué dans un communiqué la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) de Moselle. Le lendemain, des faits de même nature avaient été rapportés aux policiers qui avaient découvert sur place "des éléments matériels de nature à établir l'utilisation d'un mélange instable particulièrement détonnant et incendiaire", a ajouté la DDSP.

"Aucune dégradation ni aucun blessé à déplorer". L'enquête, confiée à la brigade de sûreté urbaine de Hagondange, a permis d'identifier quatre mineurs âgés de 16 et 17 ans. Ils ont été placés en garde à vue lundi. "Certains reconnaissaient avoir confectionné les engins et les avoir lancés sans prendre la mesure de leurs actes", a ajouté la DDSP qui précise "qu'aucune dégradation ni aucun blessé n'était à déplorer". 

Trois d'entre eux ont été présentés mardi à des juges des enfants des tribunaux de grande instance de Metz et Thionville "pour être mis en examen des faits de fabrication non autorisée d'engin explosif ou incendiaire". Le quatrième a été remis en liberté sans qu'aucune charge n'ait été retenue contre lui, selon la DDSP et le parquet de Thionville.