Nouvelle-Calédonie : un élève casse le nez de son professeur en plein cours

, modifié à
  • A
  • A
L'enseignant, qui a été secouru par un collègue alerté par des cris, souffre de multiples contusions et d'une fracture du nez.
L'enseignant, qui a été secouru par un collègue alerté par des cris, souffre de multiples contusions et d'une fracture du nez. © MARTIN BUREAU / AFP
Partagez sur :
Un professeur de lycée professionnel a été battu par un élève, pour une raison encore indéterminée, et souffre de multiples contusions et d'une fracture du nez.

Un élève a agressé son professeur en plein cours dans un lycée de Nouvelle-Calédonie et lui a cassé le nez, suscitant la condamnation des autorités, ont indiqué vendredi des sources concordantes.

Une agression subite. Les faits se sont produits mardi, jour de la rentrée scolaire après les grandes vacances de l'été austral, dans le lycée professionnel Augustin-Ty de Touho à 320 kilomètres au nord-est de Nouméa. Ce professeur de "froid et climatisation" en bac professionnel a été frappé subitement par un élève, qui lui a asséné des coups de poing et des coups de pied, selon le co-secrétaire territorial du syndicat Snetaa-FO, Éric Duffour.

Treize jours d'ITT. L'enseignant, qui a été secouru par un collègue alerté par des cris, souffre de multiples contusions et d'une fracture du nez. Il a porté plainte tandis que l'élève, qui a agi ainsi pour une raison encore indéterminée, va passer devant un conseil de discipline, a indiqué le vice-recteur de Nouvelle-Calédonie. Une incapacité de travail de treize jours a été délivrée à ce professeur, qui a reçu le soutien de la communauté éducative et des autorités. 

"Apporter une réponse juste et appropriée". "Ces faits sont tout à fait exceptionnels à Touho. Ce lycée est calme, il n'y a pas de violence et nous travaillons au quotidien pour le vivre-ensemble", a déclaré aux Nouvelles-Calédoniennes Geneviève Ovinet, proviseur du lycée. Dans un communiqué, le gouvernement de Nouvelle-Calédonie a "condamné avec la plus grande fermeté" cette agression, souhaitant qu'une "réponse juste et appropriée soit apportée afin que ces violences au sein d'une enceinte scolaire ne se reproduisent pas". L'exécutif local a aussi fait part de "son soutien sincère à la victime et à l'équipe éducative".