Morbihan : elles détenaient 103 animaux dans des conditions insalubres

, modifié à
  • A
  • A
(Photo d'illustration) A elles deux, ces femmes détenaient plus de 100 animaux.
(Photo d'illustration) A elles deux, ces femmes détenaient plus de 100 animaux. © AFP
Partagez sur :
Deux femmes sont passées coup sur coup devant le tribunal de Lorient pour les mêmes motifs : la détention d'animaux dans des conditions insalubres. Si la première avait 16 animaux chez elle et dans un champ, 87 animaux ont été retrouvés chez la seconde. 

Son frère a fini par la dénoncer. Atteinte du syndrome de Noé, consistant à recueillir plus d’animaux qu’il n’est possible de nourrir et soigner, une sexagénaire comparaissait jeudi devant le tribunal de Lorient, rapporte Ouest-France

A son domicile d’Hennebont et dans un champ de Kervignac, la sexagénaire avait 16 bêtes "dans un état de délabrement physique avancé" : une ânesse pelée et édentée, des chien galeux dans un état "d'extrême maigreur", ou encore une poule "en état de décomposition" vivant sur un tas d'excréments. Le rapport psychiatrique évoque "un aveuglement circonscrit à un sujet", et une accumulation dont "elle est convaincue qu'elle n'est pas problématique malgré les preuves du contraire". 

De son côté, l'avocat de la sexagénaire assure que sa cliente "se sent investie de la mission de sauver" tous les animaux, et précise que lui interdire de détenir des animaux, comme le voulaient le parquet et les parties civiles - la SPA, 30 millions d'amis et Volée de piafs - serait "signer un arrêt de mort". Son plaidoyer ne sera pas entendu, puisque non seulement l'interdiction a été prononcée, mais la sexagénaire écope également de six mois de prison avec sursis, 4.250 euros d'amende, et l'obligation d'engager un programme de soins. 

87 animaux chez elle

Mais c'est peut-être le jugement suivant qui est le plus impressionnant. Dans une affaire similaire déjà jugée en 2014, avec la même interdiction prononcée. Mais 87 animaux ont été retrouvés chez cette femme de 69 ans vivant à Faouët. Absente de l'audience, elle a été condamnée à six mois de prison avec sursis, une obligation de soins et une amende de 13,151 euros à verser à la SPA.