Millas : "à ce stade, pas de lien" entre les médicaments pris par la conductrice du car et l'accident

, modifié à
  • A
  • A
Six collégiens ont perdu la vie dans la collision entre un TER et un car scolaire.
Six collégiens ont perdu la vie dans la collision entre un TER et un car scolaire. © RAYMOND ROIG / AFP
Partagez sur :
Le procureur a écarté tout lien entre l'accident mortel de Millas et les médicaments pris par la conductrice du car, mise en examen pour homicides involontaires.

Les premiers éléments de l'enquête ont mis en cause la conductrice du car de Millas, mise en examen pour homicides involontaires après la collision mortelle entre le véhicule scolaire qu'elle conduisait et un TER. Mais selon les déclarations du procureur, mardi matin, il n'existe, "à ce stade", "pas de lien" entre l'accident et les médicaments pris par la conductrice, elle aussi blessée. Six collégiens ont perdu la vie et le pronostic vital d'autres blessés reste engagé.

Samedi, l'avocate de trois des six familles endeuillées par l'accident survenu le 14 décembre, Me Jehanne Collard, avait évoqué "au conditionnel", le fait que la conductrice ait pu être "sous l'emprise d'antidépresseurs, d'anxiolytiques". Le procureur évoque lui des "médicaments pris pour dormir". Les familles défendues par Jehanne Collard doivent se constituer parties civiles mardi, ce qui leur donnera accès à l'enquête.

Des médicaments consommés "depuis des années". "Toutes les analyses seront faites dans le cadre de l'instruction", a poursuivi le procureur de la République de Marseille Xavier Tarabeux. Il a précisé que la conductrice du car prenait ces médicaments "depuis des années".

La conductrice a assuré au cours de ses auditions par les enquêteurs avoir vu les barrières du passage à niveau où la collision a eu lieu levées. Sa version contredit les premières "constatations matérielles" dont avait fait état le procureur de Marseille et qui allaient "plutôt dans le sens d'une barrière (du passage à niveau) fermée", tout comme les témoignages du conducteur du TER et des chauffeurs des véhicules qui se trouvaient de l'autre côté de la voie.

Plus de 10.000 signatures en soutien à la conductrice

Lancée il y a 5 jours sur le site Change.org, la pétition intitulée "Soutien à Nadine conductrice du car (drame de Millas)", a dépassé le cap des 10.000 signatures mardi à 10h30. "Soutient à Nadine conductrice du car de Millas accuser à tord par l´état Français ! Plusieurs témoignage d'habitant de Millas et ses alentours on affirmer que les barrières disfonctionner par moment! Merci de partagez au maximum" (sic), précise, dans une grammaire approximative, le texte de la pétition.