Le Mont-Saint-Michel a rouvert, un homme suspect toujours recherché

, modifié à
  • A
  • A
Les habitants les touristes du Mont-Saint-Michel ont été évacués dans la matinée.
Les habitants les touristes du Mont-Saint-Michel ont été évacués dans la matinée. © LUDOVIC MARIN / AFP
Partagez sur :
Un individu a proféré des menaces contre les forces de l'ordre dimanche au Mont-Saint-Michel, entraînant l'évacuation du site. L'homme est toujours recherché mais le monument a rouvert ses portes.
L'ESSENTIEL

Le Mont-Saint-Michel a été évacué dimanche matin, "par précaution", de ses touristes et habitants en raison de la présence d'un individu suspect qui menaçait de s'en prendre aux forces de l'ordre. Les forces de l'ordre ont fouillé le site toute la matinée mais l'homme est resté introuvable. Jugeant qu'il n'y avait plus de risques pour le public, le préfet a ordonné la réouverture du monument pour 14h. Une enquête a été ouverte.

Les trois informations à retenir :

  • Un homme est entré au Mont-Saint-Michel affirmant vouloir "tuer du flic"
  • Habitants et touristes ont été évacués jusqu'à la réouverture du site à 14h
  • L'individu aurait réussi à quitter le monument lors de l'évacuation

"Je vais tuer du flic"

Il est 7h45, dimanche matin, quand un homme, entendu par des témoins, lance, dans une navette roulant vers le Mont-Saint Michel, qu'il veut "tuer du flic". Un guide touristique, présent à bord, signale alors ce comportement suspect à la gendarmerie. Aussitôt, une opération d'évacuation du site, l’un des monuments touristiques les plus visités de France, a été lancée. Une centaine de personnes sont confinées à l'extérieur du site.

Plusieurs versions. "Un individu est rentré sur le Mont-Saint-Michel. Il a proféré devant un cafetier des menaces assez précises contre les forces de l'ordre. Il a été vu sur les remparts de la ville", a précisé le préfet de la Manche, Jean-Marc Sabathé, a franceinfo. S'exprimant par ailleurs sur France Bleu, il a précisé que l'homme "voulait faire une animation de rue lorsqu'il a eu une altercation avec un cafetier. Il a proféré des menaces contre les forces de l'ordre".

L’homme a été suivi sur le site touristique grâce à la vidéo-surveillance de la police municipale, avant d'être perdu de vue. Il ne portait pas d'arme visible. Un hélicoptère de la gendarmerie survole actuellement le site et la section de recherche de Caen a été saisie. Le trafic des navettes a été stoppé. Les personnes présentes sur le site ont été évacuées dans le calme. L'Abbaye a été fermée par mesure de précaution et les religieux confinés dans l'enceinte du bâtiment.

Individu introuvable

"On était en train de prendre le petit-déjeuner quand on nous a dit qu'il fallait absolument évacuer à cause d'un individu qui voudrait s'en prendre non pas aux touristes mais aux gendarmes", raconte Denis qui passait le week-end au Mont-Saint-Michel, joint par Europe 1. "On a vite pris nos valises mais il n'y avait pas de navettes pour nous évacuer donc on a rejoint le parking à pied. Le Mont est totalement vidé et les gendarmes ouvrent toutes les portes pour trouver l'individu recherché."

Enquête ouverte. "Nous avons la quasi-certitude que le suspect ne se trouve plus au Mont", a expliqué plus tard Jean-Marc Sabathé à Ouest-France. "Toutes les maisons ont été fouillées. Nous allons élargir les recherches et visionner les bandes de vidéosurveillance." Il s'agirait "d'un jeune homme entre 20 et 30 ans qui était habillé d'un t-shirt blanc et un pantalon sombre", d'après une photo prise par un pompier. Finalement, le préfet a ordonné la réouverture du Mont-Saint-Michel pour 14h. "Le site est dégagé de tout risque pour une réouverture", a déclaré Jean Marc Sabathé. Les forces de l'ordre ont dégagé la passerelle d'accès au monument.

"Une enquête est ouverte pour retrouver l’individu. Plusieurs témoignages concordants ont été réunis, sur la description de l’individu recherché et sur la teneur de ses propos", a relaté le préfet lors d'une conférence de presse en début d'après-midi. Il a ajouté qu'il ne s'agit "en rien d'une attaque terroriste ni d'une attaque menée par une bande organisée. L’individu recherché, selon les témoignages, ne portait pas d’arme".