La mystérieuse voiture de police de la mairie de Montluçon

, modifié à
  • A
  • A
Image d'illustration.
Image d'illustration. © BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :
En vacances près de la dune du Pilat avec sa voiture de fonction et mal garé, le directeur de cabinet du maire a dû s’expliquer sur les équipements de police installés sur son véhicule.

La scène a intrigué les policiers, mardi dernier, sur le parking de la dune du Pilat. Ils ont repéré une Citroën stationnée sur un emplacement réservé aux bus. Mais surtout, la voiture arbore un pare-soleil avec une plaque "police" ainsi que des "feux de pénétration", sorte de répétiteurs de gyrophare bleu dans la calandre. Des équipements théoriquement réservés à l’usage des forces de l’ordre. Or, quand les fonctionnaires soumettent l’immatriculation du véhicule au fichier national, la réponse s’affiche : cette voiture n’appartient pas à un service de police mais à… la mairie de Montluçon.

Pas de place de stationnement. Interloqués, les policiers attendent sur place et ne tardent pas à voir arriver le conducteur qui se présente à eux. Il s’agit d’Yves L., directeur de cabinet du maire de Montluçon. Selon les informations d'Europe 1, ce dernier explique qu’il n’a pas trouvé de place de stationnement, alors il s’est garé sur un emplacement de bus, en abaissant son pare-soleil "police" pour ne pas être inquiété.

Entendu librement au commissariat d’Arcachon, Yves L. a déclaré aux policiers qu’il était en vacances en famille, mais qu’il a le droit d’utiliser sa voiture de fonction. Interrogé sur les équipements de police dont il bénéficie, il a précisé que la mairie de Montluçon aurait fait installer ce type de matériel sur deux véhicules municipaux. Pourtant, cette pratique est interdite et constitue un délit passible d’un an de prison et 15.000 euros d’amende, selon l’article 433-14 du code pénal.

Le pare-soleil "Police" saisi. Le pare-soleil en question a donc été saisi par les policiers. Le directeur de cabinet du maire a écopé d’une contravention pour le stationnement interdit. Mais concernant les équipements illégaux de sa voiture de fonction, la procédure doit être transmise au parquet de Montluçon qui devrait ouvrir une enquête pour savoir depuis quand et dans quelles circonstances la mairie aurait ainsi fait équiper au moins un véhicule, laissé à la disposition du directeur de cabinet durant ses congés. 

Joint par Europe 1, Yves L. n’a pas souhaité s’exprimer. Il déclare uniquement : "pour l’instant, il y a une procédure pour un stationnement irrégulier, point. Il n’y a pas d’équipement illicite sur cette voiture", en dépit des informations concordantes recueillies par Europe 1 auprès de sources policières et judiciaires.

Europe 1
Par Guillaume Biet, édité par G.M.