Affaire Mouzin : une reconstitution pour "faire interagir" Michel Fourniret et Monique Olivier

, modifié à
  • A
  • A
Guermantes reconstitution mouzin fourniret
Cette reconstitution vise à provoquer une réaction du tueur en le réunissant avec son ex-compagne et complice. © AFP
Partagez sur :
Michel Fourniret et Monique Olivier sont ce jeudi sur les lieux de la disparition d’Estelle Mouzin. Le tueur en série est accusé d’avoir kidnappé la petite fille âgée de 9 ans en 2003, de l’avoir séquestrée et tuée. Dix-sept ans après les faits, la famille vit toujours dans l’espoir de retrouver son corps.
REPORTAGE

Une reconstitution de l’enlèvement d’Estelle Mouzin a débuté jeudi soir, à l'heure à laquelle la petite fille avait quitté l'école, vers 18 heures le 9 janvier 2003. Elle se déroule en présence du tueur Michel Fourniret et de sa complice Monique Olivier, amenés à Guermantes en Seine-et-Marne.

Selon Richard Delgenes, avocat de Michel Fourniret, la juge d’instruction qui a autorisé cette mise en situation cherche à provoquer une réaction du tueur en série en le réunissant avec son ex-compagne et complice. "Si Michel Fourniret veut faire interagir Monique Olivier sur tel ou tel élément, l’idée c’est que Monique Olivier puisse y répondre", explique-t-il au micro d'Europe 1. 

Le petit village entièrement bouclé

Juge d’instruction et parties civiles veulent faire la lumière sur le déroulement des faits et savoir où est morte la petite fille et "à partir de là, savoir à quel endroit il a pu véhiculer le corps si c'est le cas et se débarrasser du corps", ajoute l'avocat. La famille d'Estelle Mouzin cherche depuis 17 ans à retrouver son corps.

Le quartier pavillonnaire du petit village de Guermantes a été entièrement bouclé et la plupart des habitants sont restés enfermés chez eux. De nombreux policiers se sont déplacés pour sécuriser le parcours depuis l'école jusqu'à la maison d'Estelle Mouzin, en passant par devant la boulangerie, endroit où elle a été vue la dernière fois.

Europe 1
Par Gwladys Laffitte, édité par Antoine Cuny-Le Callet