La France toujours en guerre contre le djihadisme

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito international de Vincent Hervouet est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque jour, Vincent Hervouet traite d’un sujet international.

Trois morts à Strasbourg et le retour du terrorisme.

Le retour du terrorisme qui tire dans le tas mais pas tout à fait à l’aveugle. Il tue n’importe-qui mais en ciblant un symbole.
Avec le marché de Noël, à Strasbourg comme à Berlin, une fête chrétienne est vusée. Comme à Nice un 14 juillet, c’était la fête nationale.
À chaque fois, une fête et une tradition, c’est à dire ce qui rassemble et enracine, distingue un peuple, fait sa force.
Le terrorisme cherche à sidérer, pour soumettre.
Cette menace islamiste n’a jamais cessé, même si elle n’obsède plus.
C’est même le contraire : cet attentat est le troisième de l’année. Mais il faut une tuerie pour qu’on reparle des revenants qui ne reviennent plus, des sortants (ceux qui ont purgé leur peine), de ceux qui se radicalisent dans leur coin et des réseaux qui dorment. Pour qu’on s’interroge sur les fichés S qui ont l’air de s’en ficher pas mal, sur le mélange des genres entre voyous et terroristes, sur les armes en circulation, avec l’impression d’un jour sans fin, d’une émission spéciale sans cesse recommencée.
La France est le pays d’Europe le plus touché par le terrorisme lié à la guerre en Syrie et en Irak. Mais on ne parle plus de la Syrie et de l’Irak.
La France est engagée dans la plus longue guerre de son histoire moderne, personne n’imagine que son armée quitte le Sahel avant dix ou quinze ans, mais qui s’intéresse à la situation qui se dégrade au Mali, au Burkina ou au Niger ?

Mais l’État islamique a été vaincu !

Pour célébrer l’anniversaire de cette victoire, avant-hier, c’était jour férié en Irak. Le pouvoir a rouvert la zone verte où il est retranché, à l’abri des attentats aveugles. Mais dès hier, le pont levis était relevé, les blindés barraient de nouveau les accès.
En Syrie, les djihadistes sont retranchés dans la province de Deir Ezzor. Mais ils continuent de lancer des contre-attaques contre nos alliés Kurdes.
En Afghanistan, Daech s’est taillé un fief du côté de Jalalabad.
Trois pays condamnés à la guerre à perpétuité, car aucune solution politique n’est en vue.
L’Etat islamique est à l’agonie. Mais le djihad a de l’avenir. La France va rester une ligne de front, l’ennemi à soumettre, un objectif à conquérir.