Réseaux sociaux : la méthode Trump

SAISON 2016 - 2017 , modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Tous les samedis dans l'émission Mediapolis, Claire Hazan revient sur l'actualité et la politique par le prisme des réseaux sociaux.

Les dernières déclarations de Trump contrastent avec le ton qu’on lui a connu pendant la campagne. Particulièrement sur les réseaux sociaux, où il s’est montré  encore plus vulgaire et déchaîné qu’ailleurs. Curieusement, cette hallucinante surenchère numérique n’a pas l’air de l’avoir desservi, au contraire.

Le style Donald Trump sur les réseaux sociaux ? Il tient en 3 mots : impulsif, outrancier, omniprésent. Donald Trump c’est l’homme qui sature votre timeline à 5h du matin avec des insultes en lettres capitales.  

7 à 12 tweets en moyenne par jour. 282 choses ou personnes insultées (c’est le NYT qui les a recensées).

Et toute la campagne, on s’est laissés aller à penser que ses tweets ressemblaient plus à ceux d’un Perdant qu’à ceux d’un Président. Sa propre équipe lui a confisqué l’accès à son compte Twitter 48h avant le jour du vote, pour éviter les dérapages. Elle a vu, dans le rapport de DT aux réseaux sociaux, un talon d’Achille, une faiblesse. En réalité, au cours de cette élection, ce fut probablement l’un de ses plus grands atouts.

 

Et quelle est exactement la recette Trump sur les réseaux sociaux ?

Donald Trump, c’est l’homme qui écrit lui-même ses tweets (enfin qui les dicte à son assistant depuis son jet, mais c’est pareil). Donc symboliquement, c’est l’homme qui dit ce qu’il pense. Il peut aussi choisir de retweeter de simples citoyens, leur répondre parfois.

Bref, c’est l’homme sans filtre, accessible sans intermédiaire. Il joue à fond la carte de la proximité.

Ce n’est pas très éloigné de la méthode Obama finalement. Le cool en moins, le trash en plus. Avec cette différence aussi : là où Barack Obama jouait avec les codes de la pop culture et du divertissement, Donald Trump lui a décidé d’ETRE le divertissement. Accessible 24h sur 24, 7 jours sur 7 via Twitter, Instagram, Snapchat, Facebook.

Imaginez, même quand il boycott un débat télévisé, il le livetweete depuis son compte. Ce qui a inspiré à un collaborateur d’Hillary Clinton ce commentaire assez juste : en trustant les réseaux sociaux, c’est comme si Donald Trump avait organisé un meeting géant, qui ne prendrait jamais fin.

 

Et peu importe si ce « meeting géant» vit au rythme de ses dérapages alors ?

Oui, la logique de communication de Donald Trump, C’EST la même logique que celle des réseaux sociaux. Une phrase choc en chasse une autre, une nouvelle insulte fait oublier un scandale en cours. Et tout ça fini par former  un vague gloubi-globa numérique sans importance et sans conséquences.

 

Enfin à la conséquence près qu’il a bel et bien été élu…

Et justement, c’est cette victoire qui couronne toute sa stratégie sur les réseaux sociaux. Cette victoire, c’est celle de la démocratie 2.0. Si ce n’est dans la réalité, au moins dans la mythologie Trump : lui, l’outsider, le candidat anti-système, qui a pu contourner les médias traditionnels grâce aux réseaux sociaux. Et en face, le peuple, les laissés pour compte qui ont pu exprimer leur voix, se rendre visibles, grâce à ces nouveaux outils de communication directe. Reste à voir si cette voix, celle qui a porté Trump le Candidat continuera d’être entendue par Trump, le Président.

Les émissions précédentes