Le kiosque du petit matin - 28/08/2017

  • A
  • A
Les experts du petit matin est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Roland Pérez, Aurélie Marcireau et Grégoire Martinez évoquent des questions de droit, de politique et de technologie.

 

>> Droit : le droit à la déconnexion

C'est la rentrée et certains ont fait jouer ce qu on appelle le droit a la déconnexion. Résultat  : de retour chez soi quand on rallume notre ordi, c'est une avalanche de mails qui déferle. A-t-on le droit, mémé si c'est le grand patron qui nous a écrit, de ne pas y répondre ?

La réponse est oui et c'est l'une des précisions de la loi travail entrée en vigueur l'été dernier, avec ce fameux droit à la déconnexion. Ainsi pour la première fois cet été , les salariés bénéficiaient d'un droit à la déconnexion. Pourtant un récent sondage de l'IFOP mené en juillet dernier révèle que près de 80% des cadres continuent à consulter mails et sms professionnels pendant leur temps libre.

L'employeur n'est cependant pas infraction en envoyant des mails en dehors des horaires de bureau. Il peut le faire et libre à vous d'en prendre connaissance et d' y répondre ou pas, et en ce cas évidemment aucune sanction ne peut tomber si vous ignorez ces mails sauf évidemment une urgence absolue mettant en danger l'entreprise. Dans ce cas, il faut encore que le salarié prenne connaissance des courriels envoyés pendant son absence.

Le droit à la déconnexion concerne-t-il tous les salariés ?

Oui avec cette précisions , que seules les entreprises de plus de 50 salaries ont l'obligation de négocier avec les partenaires sociaux ce qu'on appelle des dispositifs de régulation des outils numériques pour assurer le respect du temps de repos et de congé ainsi que le respect de la vie personnelle et familiale. Il faut éviter le Blurring, c'est à dire la disparition entre vie privée et vie professionnelle. C'est un enjeu de santé publique (risque de burn-out, maladies cardiaques, perte d'efficacité, absence...) D'ailleurs l'obligation de disponibilité et d'être joint en permanence qui figure parfois dans des contrats de travail est totalement illégale.

En résumé. Dans le code du travail, rien n'empêche un collègue ou l'employeur d'envoyer des mails , des sms ou d'appeler au téléphone un salarié pendant ses repos. Mais celui-ci est libre de ne de ne pas répondre.

Qui plus est, si cela tourne au harcèlement, vous pourrez légitimement vous en plaindre auprès de votre employeur qui reste garant de votre santé physique et morale.

 

 

>> Politique : Les politiques font leur entrée médiatique

 

Il s'est passé un truc inattendu dimanche après-midi pendant le discours de Jean-Luc Mélenchon en clôture de l’université d’été des Insoumis : Jean-Luc Mélenchon a dit merci aux médias. C'est suffisamment rare pour être souligné. Le patron des insoumis a plutôt l’habitude d’être critique, brocardant au choix l’honnêteté, l’objectivité ou l’indépendance des journalistes ou organes de presse. 

Pourtant, ils sont nombreux les politiques à pouvoir dire merci aux médias en cette rentrée … Des médias qui permettent à une série d’entre eux de se recaser, perdants lors des dernières élections, orphelins du hollandisme ou retraité de la politique. Ainsi,  Aurélie Filipeti (ex-ministre) et Gaspard Gantzer (ex-patron de la communication de François Hollande ) vont chroniquer sur RTL. Henri Guaino, ex-député Les Républicains va livrer un billet quotidien sur Sud radio. Autre député sorti en juin, Edouardo Rihan Cypel, l’ex député PS de Seine-et-Marne va officier sur Nova, pour, selon son tweet, un "billet quotidien sur les choses de la vie et du monde" Tout un programme... Sans oublier Jean-Pierre Raffarin qui sera sur France 2 le dimanche soir.

Des reconversions parfois un peu étonnantes et qui peuvent semer une certaine confusion ? 

Oui, Julien Dray qui va par exemple intervenir sur LCI, est toujours porte -parole de la direction collégiale du PS et Raquel Garrido qui atterrit chez Les Terriens de Thierry Ardisson est une des figures dans les médias des insoumis, porte-parole de Jean Luc Mélenchon pendant la campagne présidentielle. Un passage du rubicon qui n’est pas sans danger. "Il va y avoir des morts!". Ce n’est pas moi qui le dit mais Roselyne Bachelot, la première a avoir troqué sa place d’invité politique pour celle de chroniqueuse. C’était en 2012 qu'elle annonçait son retrait de la vie politique.

Sévère, elle a, dans les colonne de L'Obs mis en garde ces petits camarades : "Avoir été interviewé de très nombreuses fois dans les médias ne suffit pas pour autant à apprendre le métier de journaliste. Ils vont devoir bosser et tous ne réussiront pas." Pour le décompte de ceux qui ont échoué - on verra dans quelques semaines. En attendant, il y en a une qui n’a pas réussi à prendre le micro, c’est Ségolène Royal. En mai dernier, l’ex-ministre disait qu’elle se verrait bien chroniqueuse politique. Bon, ça n’ a pas marché. Elle a été nommée ambassadrice chargée de la négociation internationale pour les pôles Arctique et Antarctique. Rassurons-la. Ce n’est peut-être que partie remise.

 

>> Technologie : les enceintes intelligentes

 

Grégoire avec vous on parler des innovations qui changent notre quotidien, et aujourd'hui pour commencer, des enceintes intelligentes. La première, Google Home, est disponible en France depuis trois semaines. Vous l'utilisez depuis sa sortie. Alors, gadget ou indispensable ?

L'enceinte Google Home rappelle la forme des enceintes Bluetooth sans fil qui permettent d’écouter de la musique et celle-ci est blanc cassé, donc c'est assez discret. Dedans, il y a ce que l'on appelle un assistant intelligent, ici c’est Google Assistant, vous pouvez lui poser des questions, il vous répond. C’est comme Siri sur l’iPhone, mais là c'est pour la maison. Avant chaque question vous avez simplement à dire "OK Google". On peut directement la tester, par exemple pour lui demander la météo du jour. 

Alors là ça marche bien, mais c’est une question de base. Est-ce que ça fonctionne aussi bien pour des questions plus complexes ?!

Comme Google Home est disponible en France depuis trois semaines, on commence à avoir un vrai retour d'expérience. Personnellement, je l'utilise depuis le départ et ça marche assez bien. Par exemple au réveil, j'ai pris l'habitude de lui dire "Ok Google, bonjour". Vous allez me dire que je dois avoir l'air complètement stupide. mais Google Home me donne un aperçu de ma journée. L’heure… La météo, pour savoir comment m'habiller, les infos, avec les flashs d'Europe 1 par exemple, mes rendez-vous. Bref, tout ce qui peut être nécessaire.

Et ça ne s’arrête pas là… Vous pouvez aussi lui demander de vous faire écouter votre playlist préférée. Autre possibilité, si vous avez des objets connectés chez vous, demander à Google Home d’étreindre ou d’allumer vos lumières, pour ça vous avez simplement à dire "Ok Google, éteint la lumière". Et puis l’enceinte peut même répondre à des questions en fonction de leur contexte. C’est à dire que si vous demandez le numéro d’un restaurant et qu’ensuite, dans une autre question, vous demandiez simplement combien de temps il vous faudra pour y aller, Home comprend que vous parlez du restaurant. Il y a vraiment des possibilités assez nombreuses. 

Après évidemment, Google Home a aussi ses limites et ne pourra pas répondre à des questions sur certains sujets d’actualité ou pour des demandes bien précises : avoir un itinéraire par exemple. Il faut s'habituer. Donc en résumé, après trois semaines d’utilisation, mon avis c’est que c’est pratique, mais pas indispensable. L'avantage c'est quand même que de nouvelles fonctionnalités sont souvent ajoutées. Donc ce n'est qu'un début, mais il va bien falloir surveiller les évolutions de ses enceintes qui pourraient devenir le prochain indispensable de la maison.