Le SPA, élément désormais incontournable des grands hôtels, Cet autre qui m’obsède de Jean-Michel Oughourlian et François Fillon

SAISON 2016 - 2017
  • A
  • A
Partagez sur :

Elisabeth Assayag, Nicolas Carreau et Marguerite Lefèbvre font le point sur l'actualité du jour.

 

Elisabeth Assayag pour la consommation

Il est désormais inconcevable qu’un hôtel haut de gamme puisse se passer d’un spa. Avant la différence se faisait sur l’aménagement ou la taille le piscine, maintenant c’est le SPA qui détermine le style d'hôtel voire le style de palace.

Est-ce devenu le critère majeur ?

Exactement ! Et si l'hôtelier pensait s'en tirer avec un jacuzzi et deux cabines de massages, c’est qu'il a déserté depuis longtemps les établissements de luxe.
Par exemple : l’hôtel du Castellet dans le Var vient d’injecter plus de trois millions d’euros pour repenser son offre bien-être avec notamment une "grotte à sel" ou de la "spéléothérapie".
Vous prenez place dans cette caverne blanche pleine de sels minéraux où vous inhalez les oligos éléments pour vous ressourcer. Vous pouvez également profiter de la fontaine de glace après être sorti du traditionnel sauna, un choc thermique qui permet de ressentir ce qui se passe dans les zones Baltiques.

Est-ce si important que ça le SPA pour justifier un tel investissement ?

Le SPA c’est l’image du 5 étoile, c'est ce qui va déterminer le choix du client qui a les moyens.
Au même titre que le restaurant, c’est la prestation qui va conditionner dans bien des cas la réservation. Cette infrastructure permet aussi, dans certains cas, d’étendre la période d’ouverture de l’hôtel et de s’adresser à une clientèle locale qui s'offre un week-end à l'hôtel pour une occasion bien spéciale.

Les prestations hauts de gamme des spas ne connaissent donc pas de limites. Quelle est la prestation la plus incroyable que l’on puisse trouver ?

Alors, c’est un sur-mesure total en matière de soin de la peau.
Cela se passe au Grand Hôtel du Cap à St Jean Cap Ferrat près de Nice. Là, on vous propose avec des machines quasi uniques au monde, une analyse de votre peau et de vos tissus cutanés, comme si on vous scannait l’épiderme. Tout ça est fait en partenariat avec un laboratoire Suisse et un éminent professeur basé à Besançon. Résultat : pour ce soin baptisé Haute Couture, des crèmes hydratantes, des sérums et des lotions absolument uniques sont fournies pendant un an. Le coût de ce soin SPA sur-mesure est de 15.000 euros.

 

Nicolas Carreau pour le Livre du jour

Cet autre qui m’obsède de Jean-Michel Oughourlianaux éditions Albin Michel

On s’intéresse à nos désirs.

Et particulièrement au désir mimétique, c’est-à-dire cette fâcheuse tendance que nous avons, nous autres humains, à désirer quelque chose, moins parce que ça nous plait que parce que d’autres désirent la même chose. Le neuropsychiatre et psychologue, Jean-Michel Oughourlian, nous explique ces mécanismes dans ce livre : Cet autre qui m’obsède, chez Albin Michel.

Mais pourquoi nous copions sans arrêt les désirs des autres ?

En fait, nous copions les autres dès la naissance. Notre cerveau est doté de ce qu’on appelle des neurones miroirs. Un joli nom qui exprime bien l’idée. Ces neurones nous permettent d’imiter les autres et c’est ce qui nous permet donc d’apprendre à marcher, à parler. Mais aussi ensuite à ressentir ce que ressent l’autre : l’empathie. Donc c’est très utile. Mais sommes-nous vraiment libre de nos choix si c’est l’autre qui en fait nous conduit à désirer telle ou telle chose. Dans la publicité, par exemple, nous dit Jean-Michel Oughourlian, On achète du Nespresso avant même de le gouter parce que George Clooney en boit. Et donc le désir de Clooney devient notre désir. C’est pareil lorsque l’on repère une belle veste sur les épaules d’un collègue… Le problème, c’est que ce désir mimétique peut créer d’énormes frustrations et nous aliéner. Ce n’est plus vraiment nous qui prenons la décision. Nous ne choisissons plus réellement librement.

Ce livre nous aide-t-il à retrouver notre liberté ?

Exactement. Il est sous-titré d’ailleurs, Comment éviter les pièges du désir mimétique. Jean-Michel Oughourlian nous aide à retrouver notre liberté en devenant maître par exemple de qui nous décidons d’imiter. Enfin, c’est un peu plus compliqué que ça, il faut lire le livre pour aller plus loin. À la fois donc pour retrouver notre liberté de choix et pour tout savoir sur le désir mimétique.

Cet autre qui m’obsède chez Albin Michel.

 

Marguerite Lefebvre pour la presse quotidienne régionale

À la Une de la presse régionale, c'est François Fillon.

François Fillon candidat coûte que coûte, c'est la Une du Populaire du centre. Localement, les fédérations Les Républicains ont tremblé hier matin et depuis, les avis sont partagés.
En Occitanie, on reste solidaires à droite. Comme ce député européen du Gard qui témoigne dans Midi Libre. "Il a pris sa décision en âme et conscience, et on est derrière lui". Même enthousiasme pour Stéphan Rossignol, le maire de la Grande Motte. "Fillon se prépare depuis cinq ans dit-il, on ne peut pas priver le peuple de droite de son candidat".
Réactions moins emballées à l'est dans les Dernières Nouvelles d'Alsace. Comme ce maire de droite qui dit souffrir en tant que citoyen. Cette décision de François Fillon, ça créé un trouble de plus, un trouble de trop !
La Droite vacille nous dit l'Est Républicain qui fait la liste des défections dans le Grand Est. La sénatrice Fabienne Keller, la vice-présidente de l'assemblée Catherine Vautrin ou le maire Arnaud Robinet. Le quotidien cite même cet élu Les Républicains qui défendent les juges. "Le parquet a fait son travail" dit-il, Il aurait commis une faute professionnelle s'il n'avait pas proposé cette mise en examen.

La personnalité du jour en région ce sont deux enseignants qui ont vu grand et qui ont eu raison !

Sandrine Jacquot et Rodolphe Pestel sont enseignants d'histoire et de SVT en Côte d'Or à côté de Dijon. Le Bien Public nous explique qu'il y a quelques mois, lorsqu'ils ont fait le planning de l'année, il fallait prévoir un voyage scolaire pour leurs classes de troisième.
Et ces deux profs ont tenté le tout pour le tout, ils ont demandé le Groenland ! Le Groenland appartient au royaume du Danemark. Donc après tout ça reste en Europe. Ils ont pu obtenir une subvention de l'Union Européenne. Eux même ont lancé plusieurs collectes de fonds pour financer le projet.
Résultat hier matin, 25 collégiens emmitouflés dans leurs doudounes ont pris l'avion. Enfin trois avions, direction Ilulissat à l'Est du Groenland. Ils ne sont toujours pas arrivés à l'heure où parle.
Pendant 10 jours, ils vont prendre des photos mais surtout participer à un projet scientifique sur le réchauffement climatique.
Un beau voyage de classe pour des ados de 14 ans !

 

Les émissions précédentes