Netflix a gagné 7,4 millions d'abonnés entre janvier et mars

  • A
  • A
4:58
Le journal du village est une chronique de l'émission Village médias
Partagez sur :

Chaque matin, Raphaëlle Baillot fait le bilan des différentes audiences télé de la veille et revient sur l'actualité médiatique.

Les audiences, et le Journal du Village, c’est tout de suite avec vous, Raphaëlle Baillot

Bonjour Philippe, bonjour à tous. Aujourd’hui, j’ai appris dans le magazine 30 millions d’amis que la meilleure ville où habiter quand on est un chien, c’est Montpellier.

L’événement audiences du jour, c’est le score complètement dingo de notre fout’ed brin préférée, les chtis sauront ce que ça veut dire, je parle bien sûr de Capitaine Marleau. Record historique pour la gendarmette déjantée interprétée avec brio par Catherine Masiero. Tenez-vous bien vous étiez 7,2 millions  devant France 3, une part d’audience stratosphérique de 30 %.

En face tout le monde souffre, TF1 et sa série américaine L’arme fatale ne tourne qu’à 15 % de part d’audience, Stéphane Plaza fait ce qu’il peut sur M6 avec 2,35 millions, un score honorable. France 2 avait anticipé, puisqu’elle avait contre programmé une rediffusion : l’excellent doc de Patrick Rotman sur mai 68 sobrement intitulé 68, a réuni 1,18 million de téléspectateurs. 

Le chiffre du jour ?

Aujourd’hui, c’est 7,4 millions. Hier, Netflix a publié ses chiffres du premier trimestre, et c’est complètement dingue. 7,4 millions, c’est le nombre de nouveaux abonnés de la plateforme américaine de vidéo à la demande. Du coup, le nombre total d’abonnés est passé à 125 millions. Netflix tout puissant, c’est un big bang dans la culture mainstream mondiale : pendant que les experts évalue les conséquences, comme par exemple les salles de cinéma qui se vident, Netflix trace sa route. Tenez-vous bien au premier trimestre Netflix a enregistré une hausse de 62,8 % de ses profits, et de 40 % de son chiffre d’affaires.

L’affaire Denis Balbir a trouvé son épilogue hier

Le commentateur de la Ligue Europa sur W9 se sera suspendu qu’un match, celui de la demi-finale aller prévue le 26 avril. Jeudi dernier, un courageux compte twitter anonyme avait publié ses propos tenus après le match OM/ Leipzig. Balbir se lâche, après tout, on est hors antenne, et il parle de l’équipe allemande : "Je suis bien content pour ces pédés-là, arrogants au match aller, comme ils étaient sûrs de gagner… Enfoirés… ". Bien sûr, c’était nul, bien sûr, on aimerait ne jamais plus entendre le mot pédé lancé comme un insulte, bien sûr, on est là dans l’homophobie crasse si répandue sur les terrains de foot.

Mais il y a autre chose de bien nul dans toute cette histoire : selon nos informations, la vidéo n’a pu être récupérée que depuis la régie finale de W9. Un cas malheureusement typique, et tellement d’aujourd’hui, de dénonciation haineuse via les réseaux sociaux. Denis Balbir s’est platement excusé, on le retrouvera au commentaire de la ligue Europa dès le 3 mai.

On passe au kiosque du village.

C’est officiel depuis ce matin, le groupe Lagardère, auquel appartient Europe 1, est entré en négociation exclusive avec un groupe de médias tchèque, Czech Media Invest, pour la cession de ses titres français de presse magazine, c’est-à-dire Elle, Télé 7 jours ou encore Version Femina.

Vous allez maintenant nous parler d’un lancement média

Aujourd’hui c’est l’anniversaire de L’Humanité, fondée le 18 avril 1904 par Jaurès, mais pour faire plaisir à Edwy Plenel j’ai décidé de parler du Figaro. Le vénérable journal de droite a une obsession, partagée d’ailleurs par toute la presse : rajeunir son lectorat. Et pour ça, il va chercher le jeune avec les dents là où il est sur les réseaux sociaux, pardi.

Dans quelques heures, donc, le groupe Figaro lance Mad, média social  100 % vidéo distribué sur Facebook, Instagram et Youtube. Mad pour fou, mad pour le diminutif de Madame Figaro, Mad pour mode, car c’est de cela dont parle ce nouveau média. Ecoutez par exemple le programme "Basique" consacré comme son nom l’indique aux basiques d’une garde-robe

Oui, Edwy Plenel, la banane est le must have de 2018. Le ton se veut un peu "loïcprigentesque", de Loïc Prigent  le meilleur journaliste mode du monde. C’est malin, c’est bien fait, c’est frais quoi. A terme, des contenus sponsorisés par les marques vont se glisser dans ceux produit par des journalistes. Ces publicités seront-elles clairement identifiées ? Le Figaro arrivera-t-il à toucher sa cible de 500.000 djeunz ? La suite au prochain numéro. 

Et on termine par une lettre ouverte à Emmanuel Macron.

La liberté d’informer, et par la même la démocratie est-elle en danger ? Dit comme ça, ces mots paraissent très forts, mais les enjeux sont bien là. Aujourd’hui, 18 avril, la France doit appliquer la directive européenne sur le secret des affaires. Ça se passe au Sénat, et tout peut aller très vite, puisque les sénateurs doivent voter la proposition de loi via une procédure accélérée.

Cette directive européenne, très décriée depuis deux ans, veut rendre les informations des entreprises encore plus confidentielles, je vous parle des comptes, des secrets industriels, des brevets et j’en passe. L’intérêt des entreprises, on le voit bien, celui du public, de vous, de moi, beaucoup moins. Car les grands scandales financiers comme LuxLeaks ou Paradise Papers n’auraient pas pu être portés à la connaissance de tous avec une loi qui renforce encore le secret industriel ?

Plusieurs sociétés de journalistes, dont celle de Mediapart Edwy Plenel, ont écrit une lettre ouverte au président de la République Emmanuel Macron qui je le rappelle, martelait de ses vœux à la presse, début janvier. "Lorsque le contre-pouvoir que la presse constitue commence à être bâillonné, limité, encadré, c’est la vitalité de nos démocraties qui est ainsi bousculé"