Jean-Philippe Visini : "Le 8 mai 1945 il faisait froid, mais il y avait au moins l’euphorie de la Libération"

  • A
  • A