Les promesses tenues (ou non) d'Emmanuel Macron

SAISON 2017 - 2018 , modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Ce samedi, Catherine Nay se penche sur l'annulation de la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes et revient sur les promesses faites par le président. 

Bonjour Catherine,

Bonjour Wendy, bonjour à tous.

Emmanuel Macron avait fait du respect de la parole donnée l'un des engagements phares de sa campagne. "Je fais ce que je dis", répétait-il. Mais en enterrant la construction de l'aéroport de Notre-Dame des Landes, ne s'est-il pas renié ? On fait le point avec vous, Catherine, sur ses promesses tenues ou non.

C'est un fait. A plusieurs reprises, Emmanuel Macron s'était prononcé pour le projet. Le peuple s'est exprimé. "Je suis pour respecter cette décision", disait-il, faisant allusion à la consultation limitée au département de Loire-Atlantique, décidée par François Hollande en juin 2016 qui avait donné la victoire aux partisans de l'aéroport.

En décidant de renoncer, au grand dam des responsables politiques de la région et des riverains de l'aéroport de Nantes. Mais au grand soulagement des écologistes, à commencer par Nicolas Hulot, le Président et Edouard Philippe ont jugé que l'efficacité paierait davantage que la cohérence. "Il n'y avait pas de bonne décision", a dit le Premier Ministre. Et l'on avait compris depuis plusieurs semaines qu'il allait renoncer. Cela faisait 50 ans que le dossier traînait. Certes, il y avait eu 159 décisions de justice en faveur du nouvel aéroport. Mais c'était devenu un dossier pourri. "On ne peut pas en sortir sans mécontenter des gens". La décision n'est pas glorieuse. Mais on tourne la page. Et les Français approuvent. Petit bémol : contrairement aux annonces faites d'évacuation immédiate, le gouvernement laisse aux zadistes, qui crient victoire, jusqu'à la fin de la trêve hivernale pour partir. Mais personne ne croit qu'ils partiront.

"C'est un camouflet pour la démocratie et une forme de recul de l'autorité de l'Etat", a dit le président du Sénat. C'est vrai que dans un Etat de droit, dans ce dossier-là, où est la force, où est le droit ? Il demeure un sentiment de malaise.

Depuis son élection, le Président a honoré plusieurs de ses promesses emblématiques.

En matière économique, c'est clair. La réforme du Code du travail, la suppression de l'impôt de solidarité sur la fortune, transformé en impôt sur la fortune mobilière. Le prélèvement unique sur le capital à 30%, la flat tax. L'exonération de la taxe d'habitation pour 80% des ménages, qui s'étalera sur trois ans, mais on ne sait toujours pas comment on compensera ce manque à gagner pour les maires. Emmanuel Macron a promis une refonte en profondeur de la fiscalité locale. à voir.

En matière d'éducation, les bouleversements sont nombreux.

Oui, avec un ministre, Jean-Michel Blanquer, très actif. Pêle-mêle, il a rétabli les classes bi-langues, supprimées par Najat Vallaud-Belkacem, rétabli l'enseignement optionnel du latin et du grec donné aux maires le choix du rythme scolaire. Promesse présidentielle : on a dédoublé les classes de CP et de CE1 en zones d'éducation prioritaire. Et grande révolution pour les futurs étudiants : on instaure une forme de sélection à l'université, sans leur fermer toutes les portes.

Hier, Emmanuel Macron présentait ses vœux aux armées. Et là encore, il a affirmé qu'une de ses promesses serait tenue.

Oui, la création du service national universel. Il n'a pas lâché, malgré son coût, estimé à 30 milliards sur 5 ans. Un projet qui ne plaisait ni aux militaires, parce qu'il exige trop d'eux. Les commissions de la défense de l'Assemblée Nationale et du Sénat préconisaient plutôt un parcours citoyen d'une semaine par an pour les collégiens. Le Président a tranché : ce sera un service national d'un mois, avec les militaires. Ils apprendront les gestes qui sauvent. L'objectif est de favoriser la mixité sociale et l'engagement citoyen des jeunes générations.

Et puis il y a les réformes sociales qui ne passent pas auprès des partenaires sociaux.

Promesse de campagne : Emmanuel Macron veut ouvrir l'indemnisation chômage aux démissionnaires et aux indépendants, sans toucher aux droits actuels et sans augmenter les cotisations patronales. Mais les partenaires sociaux ne veulent pas en entendre parler dans cette forme. Les démissionnaires pourraient bénéficier de ce droit tous les 6 ou 7 ans, et à condition de présenter un projet professionnel. Quant aux indépendants, les partenaires sociaux refusent d'en discuter. Muriel Pénicaud est à la manœuvre pour trouver un accord.

Et puis il y a aussi la promesse d'un alignement général de tous les salariés français sur le même régime de retraite.

Le Président, qui veut en fait liquider tous les régimes spéciaux --SNCF, régime parlementaire-- veut mettre en œuvre une réforme systémique. Un régime plus lisible, plus responsable, et qui ne risque pas d'impacter les générations futures, à savoir : un euro cotisé ouvre les mêmes droits à tous. Dossier suivi de près par Jean-Paul Delvoye, qui a rencontré la totalité des acteurs syndicaux. Il le dit : la réforme sera votée l'an prochain.

Les émissions précédentes